•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les nouveaux arrivants ont appris à composer avec la pandémie

Matins sans frontières, ICI Première.
Rattrapage du vendredi 12 mars 2021

Les nouveaux arrivants ont appris à composer avec la pandémie

Un an de pandémie : la réunification familiale compliquée par la COVID-19

Un homme pose avec ses deux garçons. Ils sont assis sur un fauteuil dans ce qui semble être un aéroport
Médard Kiteretse a retrouvé ses enfants en pleine pandémie de COVID-19PHOTO : Soumise par Médard Kiteretse
Matins sans frontières, ICI Première.
Matins sans frontièresPublié le 12 mars 2021

Des nouveaux arrivants qui ont eu du mal à retrouver leur famille en raison de la pandémie font le bilan de ces derniers mois qui ont été à la fois éprouvants et instructifs.

C'est la peur et le stress qui ont dominé dans les premiers mois de la pandémie, surtout chez ceux en attente de réunification familiale. Certains pensaient que la pandémie pourrait même séparer leur famille à jamais.

Le plus dur était que la famille était sur le point d’arriver. J’avais des questionnements comme quoi ils ne pourront pas prendre l’avion, il y avait des changements d’un jour à l’autre. C’étaient des choses qui nous embêtaient, explique Médard Kiteretse dont la famille est finalement arrivée en décembre 2020 au pire moment de la pandémie en Ontario.

Un homme pose avec des enfants : 3 filles et un garçon

David Ngouambeu et ses quatre enfants

Soumis parDavid Ngouambeu

Ce sentiment d'impuissance et de crainte est aussi bien connu de David Ngouambeu. Originaire du Cameroun, il a fait venir ses quatre enfants en septembre 2019, avec l'espoir que son épouse suivrait sans délai. Malheureusement, son dossier de l’immigration n’a abouti que huit mois plus tard en pleine crise du coronavirus. Les frontières sont alors fermées.

M. Ngouambeu a bataillé fort sur plusieurs fronts et n'a eu d’autres choix que de s'adapter.

Je me suis retrouvé à la maison avec quatre enfants mineurs, seul! Je ne sais pas comment ça s'est passé, je ne peux pas vous dire exactement, raconte M. Ngouambeu.

Aujourd'hui, David Ngouambeu et Médard Kiteretse ont retrouvé leurs familles respectives. Ils ont renoué avec la chaleur familiale et aussi l'espoir d'un retour à la vie normale avec l'arrivée des vaccins.