•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Les jeunes filles et les métiers traditionnels

Matins sans frontières, ICI Première.
Rattrapage du lundi 26 septembre 2022

Les jeunes filles et les métiers traditionnels

Dreamer Day pour sensibiliser les jeunes filles aux métiers non traditionnels

Deux jeunes femmes souriantes, celle à gauche a des tresses et celle à droite porte des lunettes sont debout devant un présentoir. Elles tiennent un drapeau et un casque de sécurité.
Florine Ndimubandi (à g.) et Natalie Gagné de l'organisation Build A Dream à WindsorPHOTO : Radio-Canada / Lisette Leboeuf
Matins sans frontières, ICI Première.
Matins sans frontièresPublié le 29 septembre 2022

Build A Dream, fondé en 2014, est une organisation à but non lucratif basé à Windsor qui vise à recruter les jeunes filles et femmes dans les domaines où elles sont sous-représentées.

Lisette Leboeuf a discuté avec deux de ses membres, Natalie Gagné et Florine Ndimubandi, de l'événement Dreamer Day qui se tient les 4 et 5 octobre.

La mission de Build A Dream est d'attirer, retenir et faire progresser les femmes et les filles dans des carrières non-traditionnelles y compris le leadership et l'entrepreneuriat.

Natalie Gagné et Florine Ndimubandi sont deux jeunes femmes francophones du sud-ouest. Elles font partie de l’organisation respectivement en tant que spécialiste en éducation et curriculum et coordonnatrice des partenariats et commandites.

Les projets sur lesquels elles travaillent sont notamment des foires et des expositions de carrières.

Les présentations, en présentielles ainsi que virtuelles, sont offertes dans les écoles, un peu partout en Ontario et même aussi loin que l’Ouest canadien.

Le prochain grand événement surnommé Dreamer Day ou la Journée des rêveuses aura lieu cette année au Parc des expositions à Toronto les 4 et 5 octobre.

Il est organisé à l’occasion de la Journée internationale de la fille et les responsables s’attendent à y accueillir 4500 personnes.

Le fait d’être dans une aussi grande ville, selon Florine Ndimubandi, contribuera énormément à la mission de l’organisation.

On pense qu’à Toronto c’est là où on va avoir cette présence et aussi un début d’un mouvement qui va être national.

De son côté, Natalie Gagné souligne qu’elle est ravie à l’ampleur des résultats positifs que l’événement pourrait connaître grâce aux tables rondes et présentations aux jeunes filles et femmes sur les métiers non traditionnels.

Moi j’ai juste tellement hâte de se rassembler avec tellement de monde, puis des femmes et des gens de l’industrie qui ont toute la mission collective que nous avons ici aussi.

Les intéressés peuvent s’inscrire en se rendant sur le site web de Build A Dream: www.webuildadream.com