•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

S’adapter à la diversité pour plus d’inclusion à l’école

Matins sans frontières, ICI Première.
Rattrapage du vendredi 2 septembre 2022

S’adapter à la diversité pour plus d’inclusion à l’école

Les bonnes pratiques d'inclusion en enseignement

Des empreintes de mains colorées sur un tableau d'école
Les écoles francophones suivent la même tendance que la population canadienne avec l’apport des nouveaux arrivants et deviennent de plus en plus diverses.PHOTO : iStock
Matins sans frontières, ICI Première.
Matins sans frontièresPublié le 2 septembre 2022

S'adapter à la diversité favorise l'inclusion des élèves issus de différents milieux, partage Idrine Matemba-Zambi du Conseil scolaire catholique Providence.

Et à l'aube de la rentrée scolaire, un temps de réflexion s'impose pour le personnel enseignant malgré la fébrilité qui règne.

De plus en plus d’enfants canadiens ont au moins un parent né à l’étranger. Selon les plus récentes données de Statistique Canada, cette proportion s’élève à 37,5% dans la tranche de population des enfants de moins de 15 ans.

Des questions se posent sur la façon d’enseigner aux jeunes en tenant compte de leurs différences culturelles notamment. Idrine Matemba-Zambi, conseiller pédagogique en équité et inclusion au Conseil scolaire catholique Providence, prône une grande ouverture.

« Le portrait socio-démographique [...] est en constant changement. Alors, c’est très important pour un enseignant de salle de classe, ou pour toute personne qui fréquente les écoles en Ontario [...] d’être vraiment à l’aise avec le portrait des élèves pour s’assurer de l’inclusion de chaque élève dans la salle de classe. »

— Une citation de  Idrine Matemba-Zambi, conseiller pédagogique, Conseil scolaire catholique Providence