•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Une étude sur les risques de développer une forme grave de Covid-19 chez enfants

Matins sans frontières, ICI Première.
Rattrapage du mardi 16 novembre 2021

Une étude sur les risques de développer une forme grave de Covid-19 chez enfants

Une étude s’intéresse à une forme grave de la COVID-19 chez les enfants

Une travailleuse de la santé effectue un test de dépistage auprès d'un enfant.
Un test de dépistage de COVID-19 sur un enfant le 28 août 2020 à Seattle, aux États-Unis.PHOTO : Associated Press / Elaine Thompson
Matins sans frontières, ICI Première.
Matins sans frontièresPublié le 17 novembre 2021

Une étude menée conjointement par des chercheurs canadiens, costaricains et iraniens a permis de déterminer quels enfants risquent de développer une forme grave de la COVID-19.

L’étude, toujours en attente de révision par des pairs scientifiques avant sa publication officielle, indique que des maladies chroniques sous-jacentes chez les enfants augmenteraient leurs risques de développer une forme grave de la COVID-19.

Le Dr Jesse Papenburg, spécialiste en infectiologie pédiatrique et microbiologiste médical à l’Hôpital de Montréal pour enfants et auteur principal de l’étude, indique que les risques de complications liées à la COVID-19 chez les enfants augmentent avec la présence de deux comorbidités ou maladies chroniques sous-jacentes.

Certaines conditions sous-jacentes chroniques spécifiques suffisent à elles seules à aggraver la maladie comme, par exemple, l'obésité chez les adolescents ou les maladies neurologiques chroniques chez les enfants de moins de douze ans.

Bien que la gravité de la maladie soit, en général, moins alarmante chez les jeunes que chez les adultes, il demeure qu’un certain nombre d’enfants ont été hospitalisés après avoir contracté la COVID-19. Le Dr Papenburg souhaiterait que cette étude puisse servir aux pédiatres et aux médecins de famille et aux familles elles-mêmes pour déterminer si leur enfant est à risque de maladie plus sévère.