•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Sexualité, débat absent des conversations en famille

Matins sans frontières, ICI Première.
Rattrapage du lundi 13 septembre 2021

Sexualité, débat absent des conversations en famille

La sexualité, un débat absent dans les familles multiculturelles

Une mère et sa fille discutent.
Des ressources sont disponibles pour les parents qui souhaitent amorcer l'éducation sexuelle de leurs enfants.PHOTO : iStock
Matins sans frontières, ICI Première.
Matins sans frontièresPublié le 13 septembre 2021

La sexualité est l'un de ces sujets qui peuvent être délicats à aborder entre parents et enfants. C'est particulièrement le cas dans les familles issues de l'immigration. Pour de nombreux parents, la sexualité est un sujet tabou.

De par ma culture, là où j’ai grandi moi-même, on n’a jamais parlé de sexualité à la maison. Je n'en parle pas avec mes enfants. C’est un sujet qu’on n'a jamais traité, explique Felix Bwitozi, père de trois enfants.

En Afrique, l'éducation sexuelle des enfants et plus particulièrement celle des filles est souvent confiée aux sages-femmes ou aux tantes plus âgées.

Ce tabou peut devenir un problème quand il s'invite dans la vie professionnelle.

Certains enseignants issus de l’immigration africaine éprouvent ainsi certaines difficultés lorsqu'ils donnent des cours qui traitent de sexualité. Ils considèrent les enfants de leur communauté comme leurs propres enfants.

On voit la nudité, on voit les expressions qui vont avec cette nudité, qui vont avec la sexualité. On ne se voile pas la face, on a honte, il y a un esprit de honte et de gêne qui va naître entre nous, explique Louis Tshikonde, enseignant du cours santé et sport à Brampton.

Des mentalités qui changent

Les jeunes adultes qui ont grandi au Canada n'ont pas la même approche que leurs parents à ce sujet. Certains regrettent d'ailleurs de ne pas avoir eu accès à ces informations pour leur épanouissement.

Ils ne sont pas prêts non plus à laisser leurs enfants s'éduquer par eux-mêmes sur la sexualité par le biais d'Internet.

Il y a une partie que j’ai perdue. Étant au Canada, discuter de la sexualité avec mes enfants serait très nécessaire avant qu’ils n’entrent dans la puberté, affirme Jean Patrick Nyabahara, âgé de 26 ans.