•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Projet audio seulement.
Projet audio seulement.
Rattrapage du vendredi 18 juin 2021

L'ex-président ivoirien rentre à Abidjan après dix ans d'absence

Espoir de réconciliation nationale en Côte d'Ivoire après le retour de l'ex-président Laurent Gbagbo

Publié le 18 juin 2021
Une foule encercle une voiture dans laquelle se trouve l'ex-président, souriant.
L'ancien président Laurent Gbagbo arrive en Côte d'Ivoire après plus de dix ans d'absence.PHOTO : Associated Press / Leo Correa

L'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo est rentré jeudi à Abidjan après dix ans d'absence. Il a été acquitté des crimes contre l'humanité qui pesaient contre lui à la Cour pénale internationale (CPI) le 31 mars dernier. Une excellente nouvelle pour Barthélemy Yao, président de l'Association des Ivoiriens de Windsor-Essex (AIWE).

En tant qu’ivoirien, je me réjouis de cette nouvelle. Nous sommes heureux qu’il puisse rentrer au pays et qu'ensemble les fils du pays puissent laver le linge sale en famille, explique M. Yao.

Vers la réconciliation nationale

Le retour de l'ancien président a été rendu possible par après que les autorités ivoiriennes eurent donné leur feu vert au nom de la réconciliation nationale.

Selon M.Yao, le retour de Laurent Gbagbo va marquer un tournant vers la cohésion sociale tant recherchée.

Tout retour d’un fils dans un village est un facteur non négligeable de réconciliation. Son retour est un élément qui va contribuer fortement à la cohésion sociale, utile pour l'ensemble des Ivoiriens, indique-t-il.

Laurent Gbagbo, 76 ans, vivait à Bruxelles depuis son acquittement par la CPI en janvier 2019, confirmé en appel le 31 mars 2021. Au pouvoir depuis 2000, il avait été arrêté en avril 2011 à Abidjan puis transféré à la CPI à La Haye.

Ses adversaires estiment toujours qu'il a précipité son pays dans le chaos en refusant sa défaite face à Alassane Ouattara à la présidentielle de 2010. Ce refus a provoqué une grave crise postélectorale, pendant laquelle quelque 3000 personnes ont été tuées. C'est pour ces faits qu'il avait été transféré à la CPI.