•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Projet audio seulement.
Projet audio seulement.
Rattrapage du mercredi 16 juin 2021

Un an après les manifestations de BLM  :  les changements ont-ils lieu?

Antiracisme : a-t-on déjà perdu l’élan vers le changement ?

Publié le 16 juin 2021
Une foule de monde portant un masque lors de la manifestation Black Live Matter à Vancouver.
Une foule de monde lors de la manifestation Black Live Matter à Vancouver.PHOTO : Radio-Canada / Maggie MacPherson

L'élan pour plus d'équité et de justice sociale qui a suivi la mort de George Floyd s'essouffle-t-il ? C'est ce qu'estiment certains activistes anti-racistes qui ne voient pas suffisamment de changements se produire dans la société. Boulou Ébanda de Béri, professeur à l'Université d'Ottawa et conseiller spécial antiracisme et excellence en inclusion, ne partage toutefois pas cet avis.

Selon lui, il est faux de dire qu’aucune transformation n’a eu lieu.

Je pense qu’il y a des changements profonds dans la société même au sein des gouvernements. La conversation, elle est là dans certaines provinces plus que dans d'autres, mais c'est une conversation qui n’est pas prête à s'estomper, affirme-t-il.

Pour lui, pour que des changements s'opèrent durablement, ils doivent se faire progressivement.

« C’est une conversation qui implique le changement des cultures, donc qui n’arrive pas du jour au lendemain. Ce n’est pas un bâton magique. »

—  Boulou Ébanda de Béri, professeur à l'Université d'Ottawa

Pour lui, l'histoire a d'ailleurs montré que la méthode lente est garante de changements structurels nécessaires.

Si nous observons dans l’histoire du monde, en Afrique dans l’histoire de l’apartheid par exemple la méthode d’aller petit à petit a été plus sécuritaire que celui de tourner à 360 degrés pour renverser toute la société. Dans l’Afrique australe nous avons le Zimbabwe à côté qui a tout gâché en optant pour le virage à 360 degrés alors que l’Afrique du Sud de Mandela y est allée petit à petit méthodiquement au quart de tour, raconte-t-il.

Il explique que la vitesse du changement devrait avant tout s'adapter au contexte et aux lieux où ils se poduisent.