•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Projet audio seulement.
Projet audio seulement.
Rattrapage du mardi 8 juin 2021

Réaction d'Arielle Kayabaga sur l'attaque contre une famille musulmane à London

Attaque islamophobe à London : la communauté doit agir, croit Arielle Kayabaga

Publié le 8 juin 2021
Abdullah Alzureiqi et sa fille Hala prient devant le lieu de l'attaque islamophobe qui a coûté la vie de quatre membres d'une même famille à London.
Des citoyens de London se recueillent devant l'endroit où cinq personnes d'une même famille ont été frappées par un conducteur le 7 juin.PHOTO : Reuters / CARLOS OSORIO

La conseillère municipale du quartier 13 de London, Arielle Kayabaga a assisté à une veillée pour rendre hommage aux 4 personnes d'une même famille tués dans un acte islamophobe selon l'enquête de la police. Au micro de Mathieu Cordeau, elle fait part de sa consternation et dénonce cette attaque islamophobe.

C’est un choc de savoir qu’aujourd’hui un enfant se réveille avec trois générations de sa famille qui ont été décimées, affirme-t-elle.

Elle souligne que plusieurs de ses concitoyens parlent de l’impact du racisme sur la communauté

Selon Arielle Kayabaga, les citoyens doivent agir pour trouver une façon d’avancer et prévenir d’autres tragédies.

Une femme fait face à l'objectif avec les bras croisés.

Arielle Kayabaga, mère monoparentale et originaire du Burundi, est la première femme noire à être élue conseillère municipale à London.

Gracieuseté de Arielle Kayabaga

« On ne peut pas savoir comment guérir une maladie si on n'est pas d’accord qu’on est malade. »

—  Arielle Kayabaga, conseillère municipale du quartier 13 à London

La conseillère lance un appel à la communauté non racisée pour avoir des discussions et proposer des solutions pour enrayer la haine.

S’il y a toujours des gens qui ne sont pas prêts à faire le pas devant, ça ne va rien changer, dit-elle.

La police dit ne pas écarter la possibilité de porter des accusations de terrorisme contre le jeune homme de 20 ans à l’origine de cette attaque.