•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

L'éruption d'un volcan dans l'Est de la République démocratique du Congo

Matins sans frontières, ICI Première.
Rattrapage du mardi 25 mai 2021

L'éruption d'un volcan dans l'Est de la République démocratique du Congo

La diaspora congolaise éprouvée par l'éruption du volcan Nyiragongo

Des personnes se promènent sur les roches encore fumantes. Une épaisse fumée empêche de percevoir l'horizon.
La roche était encore en fusion par endroits, dans la ville de Goma, après l'éruption du volcan Nyiragongo.PHOTO : afp via getty images / GUERCHOM NDEBO
Matins sans frontières, ICI Première.
Matins sans frontièresPublié le 25 mai 2021

Des membres de la diaspora congolaise au Canada sont inquiets pour leurs proches après l'entrée en éruption du volcan Nyiragongo dans l'est de la République démocratique du Congo.

Son entrée en activité soudaine, après un sommeil de 20 ans, a provoqué une fuite massive de milliers de résidents de la région de Goma vers la frontière rwandaise, en plus de causer la mort d'une douzaine de personnes.

Certains membres de la communauté ici à Windsor ont de la famille qui manque toujours à l’appel, confie Jacques Lehani Kagayo, président de la Communauté congolaise de Windsor-Essex.

« Nous déplorons les morts, nous déplorons les maisons, nous déplorons la fuite de la population qui vivait déjà dans la misère depuis quelques années. »

—  Jacques Lehani Kagayo, président de la Communauté congolaise de Windsor-Essex.

Selon ses proches qui habitent toujours en RDC, la lave a tout emporté sur son passage. Heureusement, le centre-ville, l’aéroport et les grands hôpitaux ont été épargnés. Par contre, les séismes qui suivent l'éruption causent toujours beaucoup de dommages.

Portrait d'un homme souriant assisé Il porte une chemise aux mtoifs africains. Sa main gauche tient sa joue. Il est assis dans un fauteuil dans un bureau.

Jacques Lehani Kagayo, président de la Communauté congolaise de Windsor-Essex

Radio-Canada / Gabriel Nikundana

Au-delà de l'horreur, M. Lehani fait part de sa frustration quant au manque de préparation des autorités face à cette catastrophe humanitaire qui, bien que d'origines naturelles, aurait pu être évitée.

Il explique que des mesures d’alerte auraient pu être prises par des organismes comme l'Observatoire volcanologique de Goma. Or, celui-ci privé de financement depuis plusieurs mois n'a pu jouer son rôle pour protéger la population, note M. Lehani.

Un appel à l'aide

Il souligne que la diaspora de Windsor évalue présentement des avenues pour réaliser une collecte de fonds et manifester leur soutien à leur compatriote.

M. Kagayo fait aussi un appel à la solidarité des autres communautés de Windsor pour venir en aide à son pays d'origine.

Quand la maison du voisin brûle, on y apporte un peu d’eau, conclut-il.