•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Projet audio seulement.
Projet audio seulement.
Rattrapage du jeudi 6 mai 2021

Un groupe de travail pour réfléchir à la réouverture de la frontière

Jean Charest milite pour la réouverture de la frontière canado-américaine

Publié le 6 mai 2021
Jean Charest
Jean Charest, ancien premier ministre du Québec et membre du groupe de travail de l’Institut canadien du Wilson Center à Washington qui réfléchit à la réouverture de la frontière canado-américaine.PHOTO : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Un groupe de travail réfléchit présentement à la façon de procéder à une éventuelle réouverture de la frontière.

Selon Jean Charest, ancien premier ministre du Québec et membre du groupe de travail de l’Institut canadien du Wilson Center, à Washington, les Canadiens ont hâte de reprendre contact avec l’autre côté de la frontière.

Il estime que trois conditions sont nécessaires pour une réouverture sécuritaire :

  • Un niveau de vaccination très élevé, mais pas nécessairement l’immunité collective.
  • Une réduction du nombre d’infections.
  • Une réduction du nombre d’hospitalisations et de patients aux soins intensifs.

L’absence d’appétit des gouvernements pour la réouverture de la frontière canado-américaine envoie, selon lui, un mauvais signal à la population et aux entreprises.

Les drapeaux du Canada et des États-Unis flottent devant le pont Ambassadeur.

Les drapeaux du Canada et des États-Unis flottent devant le pont Ambassadeur, à la frontière, près de Windsor.

La Presse canadienne / Rob Gurdebeke

L’ancien politicien se dit en faveur de l’instauration d’un passeport vaccinal entre les deux pays.

Tranche de vie

Jean Charest a partagé en ondes une tranche de vie sur sa première visite à Windsor. C’était à l’été 1980 alors qu’il avait 21 ans. Il travaillait comme mécanicien adjoint sur un bateau vraquier qui faisait la navette entre Sault-Ste-Marie et Windsor.

« J’en garde un bon souvenir! »

—  Jean Charest, ancien premier ministre du Québec et membre du groupe de travail de l’Institut canadien du Wilson Center à Washington

L’ancien premier ministre québécois raconte que le jeune homme de 21 ans qu’il était a été émerveillé par Windsor et Détroit.