•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Matins sans frontières, ICI Première.
Matins sans frontières, ICI Première.
Rattrapage du mercredi 14 avril 2021

La communauté congolaise de Windsor mobilise ses membres à la vaccination

Mobilisation de la communauté congolaise de Windsor-Essex pour la vaccination

Publié le 14 avril 2021
Un homme se fait vacciner par une infirmière.
La vaccination contre la COVID-19 dans les communautés afro-canadienne.PHOTO : Len Wagg / Gouvernement de la Nouvelle-Écosse

La communauté congolaise de Windsor-Essex invite ses membres à se faire vacciner contre la COVID-19, alors que le gouvernement ontarien étend son programme d'immunisation dans les pharmacies de la province.

Invité dans une rencontre en visioconférence avec les membres de la communauté, le Docteur Bernard Limbombé, médecin de famille à Tilbury, a encouragé ses compatriotes méfiants envers la vaccination à se faire vacciner pour freiner la propagation du virus.

Nous n’avons pas la tradition de se faire vacciner. Le [Dr. Limbombé] est parti de là pour nous montrer que le vaccin est le seul moyen efficace pour lutter et se protéger contre la maladie explique Jacques Lehani Kagayo, président de la communauté congolaise de Windsor-Essex, qui organisait cette rencontre virtuelle.

Un homme est assis sur un fauteuil. Il porte un veste sur une chemise décontractée. Des lunettes de vue sont accrochées à son col. Il a un téléphone cellulaire dans la main.

Le Dr Basunga Bernard Limbombe est médecin de famille à Tilbury dans le Sud-Ouest de l'Ontario.

Radio-Canada / Gabriel Nikundana

Déconstruire les rumeurs sur la vaccination

Il y a urgence d’informer, puisqu’il y a abondance de messages et de vidéos circulant sur les médias sociaux qui minent la confiance des membres des communautés d’origine africaine au sujet de la vaccination.

« Il y a des séquences vidéos que des compatriotes se permettent de partager qui déforment parfois l'information. Par exemple, qu'après se faire vacciner, quelqu’un est devenu tout à coup une chèvre, un cheval, des hommes qui sont devenus stériles, on doit perdre des facultés mentales, on injecte dans le corps une puce pour le contrôler. »

—  Jacques Lehani Kagayo, président de la communauté congolaise de Windsor-Essex
Portrait d'un homme souriant assisé Il porte une chemise aux mtoifs africains. Sa main gauche tient sa joue. Il est assis dans un fauteuil dans un bureau.

Jacques Lehani Kagayo, président de la Communauté congolaise de Windsor-Essex

Radio-Canada / Gabriel Nikundana

Sensibiliser les sceptiques

Les membres de la communauté congolaise de Windsor qui ont déjà reçu leur vaccin demandent à leurs compatriotes de ne plus prêter l’oreille aux rumeurs. Ils les encouragent plutôt à aller se faire vacciner lorsque leur tour viendra.

La rencontre virtuelle s’est déroulée dans les principales langues de la République démocratique du Congo, à savoir le swahili, le français, l’anglais et le lingala, pour bien faire passer le message parmi les membres de la communauté congolaise de Windsor.

De plus, le docteur Limbombe s’est dit prêt à éclairer davantage ses compatriotes qui doutent toujours de l'efficacité des vaccins contre la COVID-19.