•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Matins sans frontières, ICI Première.
Matins sans frontières, ICI Première.
Rattrapage du mardi 30 mars 2021

Les femmes immigrantes plus touchées par la perte d'emploi en temps de pandémie

Travail des femmes : un organisme de Windsor constate les dégâts de la pandémie

Publié le 30 mars 2021
Une femme qui travaille.
Les femmes sont plus affectées par la pandémie. PHOTO : iStock

L'organisme Women's Enterprise Skills Training de Windsor (WEST) dont la mission principale est l'intégration des femmes au marché du travail note qu'une bonne partie de leurs clientes ont perdu leur emploi.

Un constat qui rejoint celui d'un récent rapport de la Banque Royale du Canada qui indique près de 100 000 femmes canadiennes en âge de travailler ont complètement quitté le marché du travail depuis le début de la pandémie.

Les immigrantes ont été particulièrement touchées pendant cette période.

On a remarqué que le nombre de clientes qui nous contacte au service de l'emploi à WEST pendant la pandémie a augmenté, explique Samar Khayat, conseillère en établissement à Women’s Enterprise Skills Training de Windsor.

Les barrières linguistiques et d’autres difficultés liées à l’adaptation dans un nouvel environnement sont autant de facteurs qui renforcent la vulnérabilité des femmes nouvellement arrivées sur un marché d’emploi miné par la persistance de la pandémie.

Portrait d'une femme dans un studio de radio. Elle est debout derrière une table sur lequel sont installés plusieurs micros.

Samar Khayat est travailleuse d'établissement chez Women's Enterprise Skills Training

Radio-Canada / Claudia Hébert

Accompagner et réconforter

Au-delà de l'appui que son organisme offre aux femmes pour trouver du travail, Mme Khayat explique que ses services de conseils sont de plus en plus sollicités par des femmes qui ont besoin de réconfort pour faire face à la situation.

On les écoute aussi parce que des fois les femmes sont stressées, elles ont besoin de parler, elles ont besoin de quelqu’un pour les écouter, confie-t-elle.