•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Matins sans frontières, ICI Première.
Matins sans frontières, ICI Première.
Rattrapage du lundi 8 février 2021

Une pénurie de pièces électroniques affecte les constructeurs automobiles

Stellantis frappé par la pénurie mondiale de semi-conducteurs

Publié le 8 février 2021
Un homme et une femme travaillent dans une usine d'assemblage du groupe Fiat Chrysler Automobiles à Windsor, en Ontario.
L’industrie automobile, le premier secteur d’exportation au Canada, génère quelque 80 milliards de dollars annuellement en activité économique.PHOTO : Associated Press / Jerry S. Mendoza

Une pénurie de pièces électroniques force les constructeurs automobiles à fermer certaines de leurs usines d'assemblage, dont celles de Stellantis, à Windsor.

L'assemblage de véhicules cesse dès aujourd'hui pour une durée de 3 semaines.

Yan Cimon, professeur titulaire à la Faculté des sciences de l'administration à l'Université Laval et ex-directeur au Centre interuniversitaire de recherche sur les réseaux d'entreprise, la logistique et le transport, stipule que la source du problème se trouve dans les limitations technologiques des fonderies qui ne peuvent pas répondre à la haute demande du marché.

On s'aperçoit que les fabricants sont à la merci de ces pénuries-là et, lorsqu’on regarde la chaîne de fabrication des microprocesseurs automobiles, on s'aperçoit qu’en fait ce sont les fonderies qui ne sont pas capables de suffire à la tâche, affirme-t-il.

Selon M. Cimon, les réserves d’inventaires de l’industrie automobile sont ténues à cause de leur paradigme opérationnel « juste à temps », une méthode de gestion de la production automobile qui organise le système de production en fonction des commandes en produisant ou en achetant juste la quantité suffisante au moment précis en fonction de la demande du marché. D'après M. Cimon, ces réserves fonctionnent avec des inventaires minimums.

On a plus de grands inventaires tampons que ce que l'on voyait il y a 20 ou 30 ans et donc c’est un problème quand il y a une rupture dans la chaîne d'approvisionnement [...] et cette pénurie-là est en raison de personnes qui veulent le même produit en même temps, souligne le professeur. Avec le ralentissement de la production et les ruptures de stock, il prévoit que la pénurie pourrait durer jusqu’en 2023.