•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Matins sans frontières, ICI Première.
Matins sans frontières, ICI Première.
Rattrapage du jeudi 19 novembre 2020

L'imposition de nouvelles mesures au Michigan contre COVID-19

COVID-19 : quand le rêve américain se transforme en désenchantement

Publié le 19 novembre 2020
Un couple cuisine dans un espace qui semble assez grand. Ils s'affairent devant des casseroles et une plaque de cuisson.
Hamisi et Nadia Mamba travaillent depuis des années à la création de leur restaurant le Baobab FarePHOTO : Ali Lapetina

Pour Hamisi Mamba, qui planifiait ouvrir un restaurant burundais à Détroit ce mois-ci, les restrictions liées à la COVID-19 l'ont obligé de repousser l'ouverture de sa nouvelle entreprise.

Pour contrer la forte hausse des cas dans l'État du Michigan, la gouverneure Gretchen Whitmer a mandaté la fermeture des écoles et des salles à manger pour les trois prochaines semaines.

Sans revenu, la situation s’avère difficile en raison d’un loyer et des salaires d’employés qu’il continue à payer. Il planifie offrir un service de plats à emporter, mais note qu’attirer des commandes en ligne n’est pas facile quand la population ne connaît pas son restaurant.

Un concept burundais aux États-Unis, à Détroit, c'est quelque chose de nouveau, dit-il.

La pandémie, un enjeu politique

Malgré les difficultés entraînées par les nouvelles mesures sanitaires, il souligne que ces lois sont nécessaires si on veut sortir de la pandémie.

« Ici aux États-Unis le port du masque c'est un symbole politique. [...] Les gens ne veulent pas porter le masque. »

—  Hamisi Mamba, copropriétaire du restaurant burundais Baobab Fare à Détroit

M. Mamba espère toujours qu’il pourra ouvrir son restaurant en décembre.