•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

L'impact géopolitique de la COVID-19

Matins sans frontières, ICI Première.
Rattrapage du mardi 17 mars 2020

L'impact géopolitique de la COVID-19

Tensions et rapprochements géopolitiques à l’ère du coronavirus

Ferry de Kerckhove, ancien diplomate canadien et collaborateur à l’École supérieure d’Affaires publiques et internationales de l’Université d’Ottawa
Ferry de Kerckhove, ancien diplomate canadien et collaborateur à l’École supérieure d’Affaires publiques et internationales de l’Université d’Ottawa PHOTO : Radio-Canada / Vanessa Costa
Matins sans frontières, ICI Première.
Matins sans frontièresPublié le 17 mars 2020

La pandémie de coronavirus pousse de plus en plus de pays à resserrer leurs frontières et à prendre des décisions pour le bien-être de leur population, des décisions qui peuvent parfois avoir un impact géopolitique.

Selon Ferry de Kerckhove, professeur à l'École supérieure d'affaires publiques et internationales à l'Université d'Ottawa, les répercussions du coronavirus sont immenses et exacerbent les divisions entre certaines puissances. Il y a aussi d’un certain sens un approfondissement des tensions entre les États-Unis et la Chine, explique-t-il.

De manière parallèle, Ferry de Kerckhove dénote cependant certains rapprochements diplomatiques ou du moins un assouplissement quelconque des tensions habituelles entre certaines puissances, notamment entre la Chine et le Canada et la Chine et le Japon.

Efficacité du modèle autoritaire chinois

Selon l’ancien diplomate, il est difficile d’ignorer l’efficacité du modèle autoritaire chinois.

« La grande question est “est-ce que nos sociétés à nous sont prêtes à au fond mettre un terme à toute une série de droits de la personne, droits de rassemblement [...] pour imposer une solution plus rapide”? »

—  Ferry de Kerckhove, professeur à l'École supérieure d'affaires publiques et internationales à l'Université d'Ottawa

Selon Ferry de Kerckhove, c’est la deuxième fois que le modèle chinois en temps de crise attire les gens. Je reviens à la crise financière de 2008 qui a eu un impact extraordinaire parce que la plupart des pays qui se rallient au modèle d’affaires capitaliste ont découvert la faille profonde de notre système et se sont dirigés au fond vers un style d’économie capitaliste à la chinoise, explique-t-il.