•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

La dépendance des entreprises canadiennes envers la Chine

Matins sans frontières, ICI Première.
Rattrapage du vendredi 28 février 2020

La dépendance des entreprises canadiennes envers la Chine

La dépendance des entreprises canadiennes envers la Chine

Véronique Proulx est PDG des Manufacturiers et Exportateurs du Québec.
Véronique Proulx est PDG des Manufacturiers et Exportateurs du Québec.PHOTO : Radio-Canada
Matins sans frontières, ICI Première.
Matins sans frontièresPublié le 28 février 2020

Plusieurs usines chinoises sont fermées en raison de la crise du coronavirus, ce qui nuit aux entreprises à travers le monde, incluant celles du Canada. La situation démontre une certaine dépendance de la Chine.

Selon Véronique Proulx, vice-présidente principale pour les Manufacturiers exportateurs du Canada, cette crise peut être une opportunité de rapatrier la production des biens en Amérique du Nord.

Elle explique que plusieurs entreprises manufacturières canadiennes s'approvisionnent en Chine. Les retards de livraison font en sorte qu’ils sont dans l’impossibilité de finir l’assemblage de leurs produits.

Les chaînes d’approvisionnement sont mondiales et selon elle, le coronavirus est un exemple de problème externe qui nuit à l’économie nationale.

« Les tarifs sur l’aluminium qu'il y a eu aux États-Unis nous ont aussi démontré qu’on était dépendant du marché américain. »

— Une citation de  Véronique Proulx, vice-présidente principale pour les Manufacturiers exportateurs du Canada

Elle estime que si on veut développer notre capacité de production au Canada, il faut s'assurer que nos usines soient à la fine pointe de la technologie. Véronique Proulx affirme que c'est seulement de cette façon qu'on peut devenir plus compétitif sur le marché mondial et plus indépendante de l’Asie.