•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

L’équipe de la Clinique juridique de recours collectifs de l’Université de Windsor grandit

Matins sans Frontières, Ici première
Rattrapage du mardi 18 février 2020

L’équipe de la Clinique juridique de recours collectifs de l’Université de Windsor grandit

L'équipe de la clinique juridique de l'université de Windsor s'accroît

Une professeure de droit assit sur une chaise avec un micro de radio devant elle.
Jasminka Kalajdzic, professeure de droit et directrice de la Clinique juridique de recours collectifs de l'Université de Windsor, annonce que la Clinique doit embaucher deux nouveaux étudiants pour répondre à la demande.PHOTO : Radio-Canada / Mathieu Cordeau
Matins sans Frontières, Ici première
Matins sans frontièresPublié le 18 février 2020

La Clinique de recours collectifs de l'Université de Windsor offre de l'information et de l'aide pour remplir les formulaires juridiques aux gens qui sont impliqués dans des recours collectifs.

Jasminka Kalajdzic est professeure agrégée à la Faculté de droit de l'Université de Windsor et directrice de la Clinique juridique de recours collectifs qui a été mise sur pied en octobre dernier. La demande pour leurs services est telle que leur équipe a reçu des fonds pour embaucher un avocat et deux étudiants en droit supplémentaire.

La professeure de droit estime que des milliers d’Ontariens à travers la province sont impliqués dans différents recours collectifs, un processus qui peut rapidement devenir solitaire, compliqué et difficile à suivre.

« Les personnes sont tellement reconnaissantes de parler à quelqu’un. Il y a quelqu’un qui les écoute et qui peut leur donner des conseils personnels. »

— Une citation de  Jasminka Kalajdzic, professeure agrégée à la Faculté de droit de l'Université de Windsor

Elle explique que la clinique reçoit des appels de partout en Ontario. Leur initiative inspire d’ailleurs d’autres universités à travers la province qui songent à établir des cliniques similaires, selon Jasminka Kalajdzic.