•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Discussion sur la danse et le corps vieillissant

Longueur d'onde, ICI Première.
Audio fil du jeudi 8 août 2019

Discussion sur la danse et le corps vieillissant

Avoir plus de 60 ans quand on est danseur professionnel

Margie Gillis devant un micro de radio et un casque d'écoute sur la tête dans un studio de radio.
La danseuse et chorégraphe Margie Gillis PHOTO : Radio-Canada / Coralie Mensa
Longueur d'onde, ICI Première.
Longueur d’ondePublié le 8 août 2019

« En étant plus âgé, on a plus conscience de l'énergie que nous demande chaque geste », explique la danseuse et chorégraphe Margie Gillis, 66 ans. En compagnie du danseur et chorégraphe Paul-André Fortier, 71 ans, elle discute de ce qui change dans la vie d'un danseur avec l'âge.

Si Margie Gillis continue de danser, Paul-André Fortier s’est arrêté en 2018 et a mis fin aux activités de sa compagnie Fortier Danse-Création, qu’il a fondée en 1981.

« À mon âge, je ne danse plus comme une jeune fille, mais je suis déjà passée par là, donc ça ne m’intéresse pas. Je suis chanceuse que mon corps me laisse faire de nouvelles explorations. »

— Une citation de  Margie Gillis

« En arrivant à la fin de la soixantaine, c’est mon corps qui m’a demandé d’arrêter avant qu’il ne soit trop tard. Ce n’est pas moi qui avais le désir de ne plus monter sur scène ou de ne plus danser. J’ai eu la sagesse d’écouter mon corps. »

— Une citation de  Paul-André Fortier

Margie Gillis enseigne par ailleurs la danse à un groupe d’aînés. Elle explique en quoi danser, même sur une chaise, est bénéfique pour leur santé et comment l’improvisation les aide à maintenir leurs capacités cognitives.