•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Marème Thiam, l'entrepreneure qui promet de se relever après la pandémie

Les malins, ICI Première.
Rattrapage du samedi 23 mai 2020

Marème Thiam, l'entrepreneure qui promet de se relever après la pandémie

La pandémie, « plus qu’une gifle » pour une immigrante entrepreneure d’Ottawa

La joaillière d'origine sénégalaise est debout, dans son kiosque, entourée des colliers et des paniers tressés qu'elle y vend.
Marème Thiam a dû fermer sa boutique du marché By en raison de la pandémie de COVID-19.PHOTO : Radio-Canada
Les malins, ICI Première.
Les malinsPublié le 23 mai 2020

Mars s'est avéré un cauchemar éveillé pour Marème Thiam de la galerie d'art Rafetna dans le marché By. Contrainte de fermer boutique en raison de la crise, la commerçante d'origine sénégalaise se sent véritablement impuissante devant la situation.

« On a l’impression de perdre sa vie. Mais qui suis-je pour me plaindre ? Je parle d'une boutique, alors que d'autres ont perdu famille, enfant, frère, soeur… et on se sent ridicule », relativise avec douceur celle qui est arrivée au Canada, il y a neuf ans.

Un mur en brique avec une multitude d’articles valorisant la culture africaine et des tables avec des chaises rouges.

Rafetna est une boutique dans le Marché By valorisant la culture africaine.

Instagram / Rafetna Ottawa

Inquiète pour l’avenir, Marème Thiam songe aussi à mettre la clef sous la porte de sa galerie d’art du quartier Vanier. L’entrepreneure a toujours mené ses affaires, guidée par l’amour et la conviction. Son coeur lui montre encore la voie, mais les cordons de la bourse sont tendus plus que jamais.

Marème Thiam refuse que la crise sonne le glas de son rêve.

« J’ai toujours construit de zéro, donc il faut aller de l’avant. Pour moi, le meilleur reste à venir », conclut-elle avec certitude.