•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Vie de parents  :  séparée de son mari par la pandémie

Les malins, ICI Première.
Rattrapage du samedi 6 juin 2020

Vie de parents  :  séparée de son mari par la pandémie

Une famille séparée par un océan

Une femme et un homme avec leurs deux enfants devant la ville de Shanghai.
La Gatinoise Vanessa Oliver-Lloyd (à gauche) et ses enfants ont été rapatriés au Canada, en février dernier, alors que son mari a dû rester en Chine.PHOTO : Avec la gracieuseté de Vanessa Oliver-Lloyd
Les malins, ICI Première.
Les malinsPublié le 6 juin 2020

Chez elle en Chine depuis quatre ans, la Gatinoise Vanessa Oliver-Lloyd menait une existence paisible avec son mari Jean-Christian et leurs deux enfants. Ils ne se doutaient pas qu'un virus allait faire basculer leur vie familiale.

En février dernier, Vanessa et les enfants — Emeric, 11 ans, et Lausanne, 14 ans ont dû être rapatriés au Canada en raison de la pandémie de COVID-19. Ils se trouvaient alors en vacances à Dubaï pour les célébrations du Nouvel An chinois.

Son conjoint, lui, a dû rester en Chine, puisque le poste qu’il occupe est considéré comme service essentiel. « On s’ennuie beaucoup », confie Vanessa.

« On se parle chaque semaine [virtuellement], alors on a le goût que tout le monde soit heureux. Mais quand on raccroche, tout le monde est triste, bouleversé. »

—  Vanessa Oliver-Lloyd, gatinoise expatriée de Chine

Dans leur nouveau pied-à-terre, à Ottawa, Emeric et Lausanne poursuivent leur année scolaire à distance avec leur lycée, en Chine. Le hic? Douze heures de décalage horaire les séparent de leurs enseignants. « C’est un très gros défi! », rigole malgré tout la mère de famille.

Un jeune adolescent est assis, tout sourire, devant son ordinateur portable, avec un casque d'écoute sur les oreilles.

Dans son domicile à Ottawa, Emeric Lloyd-Brillant, 11 ans, fait son école à distance avec le Lycée français de Shanghai.

Avec la gracieuseté de Vanessa Oliver-Lloyd

Bien qu’ils soient parvenus à établir une nouvelle routine à Ottawa, Vanessa et les enfants ont hâte de retrouver leur quotidien en Chine.

À lire aussi, notre texte complet : Papa et maman, séparés par un océan

« Ma vie à Shanghai me manque », souligne la femme de 45 ans, ajoutant qu’elle se trouve néanmoins chanceuse d’être en sécurité avec ses adolescents.

« On a hâte de se retrouver », conclut Vanessa, sourire aux lèvres, envisageant ces retrouvailles tant attendues.