•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

La grande entrevue :  Benoît Pelletier

Les malins, ICI Première.
Rattrapage du samedi 8 janvier 2022

La grande entrevue :  Benoît Pelletier

Benoît Pelletier garde le moral

Benoît Pelletier qui regarde vers sa droite.
L'ex-politicien et expert en droit constitutionnel Benoît Pelletier.PHOTO : Radio-Canada
Les malins, ICI Première.
Les malinsPublié le 10 janvier 2022

Le 2 janvier 2021, l'ex-ministre Benoît Pelletier a contracté la COVID-19 dont il garde jusqu'à aujourd'hui des « séquelles importantes ». Un an plus tard, il se confie à Jhade Montpetit.

Je n’ai pas une très grande capacité au niveau pulmonaire. Mes muscles sont mal oxygénés et ça occasionne des restrictions par rapport à la mobilité. [Mais] le moral est très bon, raconte l’ancien politicien, se réjouissant d’avoir conservétoutes [ses] capacités cognitives.

« Pour ma famille, ça a été l'enfer. On a livré la bataille tous ensemble et on l’a gagnée. »

— Une citation de  Benoît Pelletier, ex-ministre

Politique, droit et enseignement

Admis au Barreau du Québec en 1982, Benoît Pelletier a d’abord pratiqué le droit au ministère fédéral de la Justice. En 1990, il s’est joint au corps professoral de la Faculté de droit de l’Université d’Ottawa où il enseigne toujours.

Plus jeune, je n'avais aucun désir de devenir professeur, mais [lorsque j’étais au ministère], je ne pouvais pas intervenir publiquement, ce qui me manquait beaucoup, explique-t-il.

Élu député de Chapleau en 1998, M. Pelletier a représenté la circonscription pendant plus de 10 ans à l’Assemblée nationale. Il a également été ministre du gouvernement du Québec pendant près de six ans.

J’aurais même aimé pouvoir continuer un autre 4 ans, mais après 10 ans, j'étais franchement épuisé, pour différentes raisons : les voyages, la famille, la conciliation travail-famille, énumère le désormais professeur de droit constitutionnel à l’Université d’Ottawa.

Pour 2022, Benoît Pelletier souhaite que les Québécois gagnent en cohésion sociale et recommencent à s'intéresser aux dossiers nationaux, à la langue, à la culture [et à] l'affirmation du Québec dans son identité profonde, conclut-il.