•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Rencontre entre Francis Reddy et le chef cuisinier Jérôme Ferrer

Les grands entretiens, ICI Première.
Audio fil du jeudi 13 décembre 2018

Rencontre entre Francis Reddy et le chef cuisinier Jérôme Ferrer

Jérôme Ferrer, un chef cuisinier dévoué à 100 %

Le chef Jérôme Ferrer
Le chef Jérôme Ferrer est propriétaire du restaurant Europea, à Montréal.PHOTO : Radio-Canada / Louis-André Bertrand
Les grands entretiens, ICI Première.
Les grands entretiensPublié le 14 décembre 2018

« C'est un lourd combat quand même que celui du cuisinier. Mais c'est un métier d'amour. La cuisine, c'est un don de soi », dit le chef cuisinier Jérôme Ferrer au micro de Francis Reddy. Le chef exécutif du restaurant montréalais Europea, qui a traversé de nombreuses épreuves pendant sa carrière, croit que c'est la passion du métier qui permet aux chefs de survivre. « Dans ce métier, on ne triche pas. Il faut être intègre à 100 %. [...] Ceux qui n'ont pas cette passion-là qui les allume, ils ne tiennent pas longtemps en hôtellerie ou en restauration. »

« Cuisiner pour quelqu’un, ce n’est pas rien. C’est un acte d’amour, de générosité. Il faut que ça se sente », explique celui qui a développé un goût pour la cuisine très tôt, vers l’âge de 10 ans, dans sa France natale.

Sans vouloir minimiser le rôle des chefs cuisiniers, Jérôme Ferrer est d’avis que ces derniers ne sont qu’une courroie de transmission entre les artisans et leurs produits. Ce sont eux, les vrais héros dans le milieu de la restauration.

« Dans un restaurant, s’il y a une star; c’est le produit. S’il y a une vedette, c’est l’artisan, le producteur. Nous, on est le cordon ombilical. »

—  Jérôme Ferrer, chef exécutif du restaurant montréalais Europea