•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Rencontre entre Franco Nuovo et le comédien et chanteur Jean Lapointe

Les grands entretiens
Audio fil du jeudi 13 octobre 2016

Rencontre entre Franco Nuovo et le comédien et chanteur Jean Lapointe

Jean Lapointe : de la scène au Sénat

L'animateur Jean-Pierre Ferland et le chanteur Jean Lapointe à « L'autobus du showbusiness » en 1989.
L'animateur Jean-Pierre Ferland et le chanteur Jean Lapointe à « L'autobus du showbusiness » en 1989.PHOTO : Radio-Canada / Jean-Pierre Karsenty
Les grands entretiens
Les grands entretiensPublié le 14 octobre 2016

De ses modestes débuts dans les cabarets québécois à la consécration des plus grandes scènes, Jean Lapointe a connu une ascension fulgurante qui l'a même mené au Sénat. Mais le prix de la gloire est parfois élevé. L'homme a dû combattre l'alcoolisme toute sa vie. Au micro de Franco Nuovo pour la série En 50 minutes, l'octogénaire se dit convaincu d'avoir accompli tout ce qu'il avait à faire dans sa vie. « Je n'ai plus peur de rien, même pas de la mort », déclare-t-il.

Un combat de tous les jours
Les Jérolas, le duo qu’il formait avec son fidèle partenaire Jérôme Lemay arpente les scènes du Québec pendant près de 18 ans. Ces années passées dans les cabarets font, avec le temps, sombrer Jean Lapointe dans l’alcoolisme. En 1974, il prend la décision de mettre un terme à sa carrière, le temps de régler son problème de dépendance.

Sa sobriété dure près de 30 ans, soit jusqu’à la mort de sa femme Cécile. « J’ai pris un verre de scotch, j’étais reparti, se remémore-t-il. Le surlendemain, ma fille Marie est venue me voir et m’a dit : “Papa ne fait pas ça, Cécile ne serait pas fière de toi”. Je n’ai plus jamais repris une goutte d’alcool depuis ».

Un sénateur impliqué
En 2001, l’artiste originaire du Bas-Saint-Laurent reçoit un appel du premier ministre Jean Chrétien, qui lui offre un siège au Sénat. Une nomination qui lui apporte beaucoup de fierté.

Au Sénat, il se concentre sur l’adoption d’un projet de loi qui vise à abolir les appareils de loterie vidéo. Le projet n’a jamais vu le jour, une des plus grandes déceptions de sa carrière. Néanmoins, son legs est bien présent à Montréal. La maison Jean Lapointe, qui aide les personnes aux prises avec des dépendances, a pignon sur rue à Montréal depuis plus de 30 ans.