•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les grands entretiens, ICI Première.
Les grands entretiens, ICI Première.
Audio fil du jeudi 8 novembre 2018

Michel Lacombe et le comédien et metteur en scène Guy Mignault

Guy Mignault, figure importante du théâtre francophone à Toronto

Publié le 8 novembre 2018
Photo de Guy Mignault
Guy MignaultPHOTO : Marc Lemyre

« J'étais parti à Toronto pour deux ans et, comme je dis souvent, j'ai oublié de revenir, et 22 ans après, je reviens », déclare Guy Mignault. Le comédien, auteur, metteur en scène, ex-directeur artistique du Théâtre français de Toronto et président de la Fondation pour l'avancement du théâtre francophone au Canada est toujours étonné par tous les gens qui le reconnaissent encore au Québec malgré sa longue absence de Montréal.

À la fin des années 80 et au début des années 90, l’acteur a obtenu du succès grâce au téléroman Cormoran, à des publicités de Rona ainsi qu’à de multiples rôles sur scène, notamment au Théâtre Jean-Duceppe et au Théâtre du Nouveau Monde (TNM). Il a également été propriétaire du Théâtre de la Chèvrerie de Saint-Fortunat de 1988 à 1996.

« Je suis arrivé à Toronto et je suis retombé dans l’anonymat complet. Ça m’a pris par surprise. »

—  Guy Mignault

Guy Mignault a toujours fait confiance à la vie. « Je n’ai jamais voulu être un carriériste. Pour moi, un carriériste décide de tout d’avance. Moi, je veux que la vie m’aide à décider en cours de route. »

De coeur et d'audace, documentaire sur Guy Mignault

Radio-Canada / Courtoisie du TFT

À son arrivée à la Ville Reine en 1996, le Théâtre français de Toronto célébrait son 30e anniversaire. Guy Mignault a hérité d’un important déficit d’opération. Les deux premières années ont été dures. Le théâtre touchait le fond du baril, mais des donateurs l’ont aidé.

Des surtitres en anglais

Trois ans après avoir frôlé la faillite, le Théâtre français de Toronto se portait mieux, mais l’ajout de surtitres en anglais durant les pièces l’a propulsé et l’a révélé à d’autres publics. Guy Mignault tenait à éviter « de ghettoïser la langue française à Toronto ». Les assistances des pièces avec surtitres ont ainsi augmenté de 25 %.

« À partir de ce moment, l’influence du Théâtre français de Toronto auprès de la communauté théâtrale en général de Toronto est devenue extrêmement importante. »

—  Guy Mignault

L’acteur et directeur artistique est revenu à Montréal en 2018. Cet « optimiste de la vie », comme il le dit, affirme qu’il est semi-retraité et qu’il accepte les projets qu’il choisit.

Chose certaine, Guy Mignault n’est pas inquiet pour l’avenir de la culture francophone à Toronto. « Ça bouge tellement que je ne peux pas ne pas être optimiste. »