•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Rencontre entre Catherine Perrin et Andrée-Lise Méthot

Les grands entretiens, ICI Première.
Andrée-Lise Méthot, la femme d’affaires qui investit proprement

Rencontre entre Catherine Perrin et Andrée-Lise Méthot

Andrée-Lise Méthot, la femme d’affaires qui investit proprement

Andrée-Lise Méthot au micro de Catherine Perrin
Andrée-Lise MéthotPHOTO : Radio-Canada / Olivier Lalande
Les grands entretiens, ICI Première.
Les grands entretiensPublié le 19 mai 2022

L'environnement a toujours été au cœur des préoccupations d'Andrée-Lise Méthot, fondatrice de Cycle Capital Management (CCM), une société qui réunit des investisseurs dans des domaines de technologie propre. Catherine Perrin rencontre cette ingénieure et femme d'affaires.

« J’ai été exposée très tôt au fleuve, à la forêt, aux rivières. On vit dehors quand on est dans une région au Québec, [et ce], quatre saisons par année », affirme Andrée-Lise Méthot, qui vient de Baie-Comeau.

Andrée-Lise Méthot croit que le fait d’avoir vécu sur le Bouclier canadien lui a fait choisir la géologie et la physique de l’atmosphère comme premier domaine d'études. Elle a dévié par la suite vers le génie géologique et a complété une maîtrise sur l’apparition des premiers écosystèmes terrestres.

De 15 à 30 ans, elle a eu un parcours « plus militant; il s’inscrit dans l’opposition, dans les demandes, dans les exigences » écologistes et féministes. Puis un jour, elle a compris que « pour être bien, pour ne pas être aigre », il fallait qu'elle soit dans l'action. « Progressivement, j’ai rencontré des gens qui ont influencé ma pensée sur le capital de risque », raconte-t-elle.

Cycle Capital Management existe depuis 2009, et la firme commence à faire de l’argent aujourd’hui. Car le capital de risque engendre des profits après 10 ou 15 ans, selon Andrée-Lise Méthot.

Devant l’alarmisme de la crise climatique, Andrée-Lise Méthot croit que la question que l’humain doit se poser est : « Quels sont les mécanismes qu’on peut mettre en place dans la réalité pragmatique de notre monde? » « On a beaucoup parlé des objectifs, mais on a n’a pas beaucoup parlé du comment. C’est le comment qui doit être notre obsession. » En somme, Andrée-Lise Méthot est persuadée qu’il est possible d’adopter des politiques publiques qui nous mèneront vers de bonnes décisions.

Avec Cycle Capital Management, Andrée-Lise Méthot désire investir non pas dans les technologies, mais dans les personnes qui déploieront correctement ces technologies. « Je serais étonnée d’arrêter ce métier », affirme-t-elle à Catherine Perrin en lui dévoilant les trois compagnies avec lesquelles Cycle Capital Management investit et qui lui tiennent le plus à cœur.

En terminant, Andrée-Lise Méthot s’émeut lorsqu’elle aborde le sujet de l’enfance : « On doit investir dans l’éducation, dans l’enfance, dans le fait qu’on reconnaisse les accomplissements de tous », dit-elle.