•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Rencontre entre Isabelle Craig et Phil Comeau

Les grands entretiens, ICI Première.

Phil Comeau, le cinéaste qui fait rayonner la culture acadienne partout

Phil_comeau
Le cinéaste acadien Phil ComeauPHOTO : Radio-Canada / Patrick Lacelle
Les grands entretiens, ICI Première.
Les grands entretiensPublié le 27 janvier 2022

À travers ses films, Phil Comeau fait connaître l'histoire du peuple acadien aux plus jeunes générations, mais aussi à un public international. Isabelle Craig le reçoit pour discuter de son enfance en milieu linguistique minoritaire, de sa passion pour l'histoire et des revendications du peuple acadien.

Phil Comeau est né en Nouvelle-Écosse, une province où les Acadiens représentent seulement 10 % de la population, et où 90 % des habitants parlent anglais, la plupart exclusivement cette langue.

Les premiers films de Phil Comeau sont produits par l’Office national du film (ONF), qui venait d’ouvrir un bureau à Moncton alors qu’il était étudiant en art dramatique à l’université de cette ville. En 45 ans, il a réalisé une centaine de films, d’émissions de télévision, de fiction et de documentaires.

Son sujet de prédilection porte sur la diaspora acadienne, notamment sur la Déportation qui, pour lui, est « un génocide, parce que la moitié du peuple acadien est décédée ».

« Le gouvernement ne veut pas reconnaître que c’est un génocide parce qu’il a peur de payer des réparations. »

— Une citation de  Phil Comeau, cinéaste

Après la Déportation, des recherches se sont mises en place pour retrouver les Acadiens déplacés en France, à Saint-Pierre-et-Miquelon, en Martinique, en Guyane française et en Louisiane.

« Le fait que nos ancêtres étaient résilients et qu’ils ont su résister, qu’ils ont survécu et qu’ils parlent encore le français, je pense que c’est ça surtout notre fierté. »

— Une citation de  Phil Comeau, cinéaste

Phil Comeau croit que ses films sont bien accueillis partout dans le monde parce que « chaque pays a des minorités », « des traumatismes vécus ».

Enfin, il fait brièvement le point sur la situation politique et sociale des francophones au Nouveau-Brunswick et souligne la grande vitalité culturelle des artistes acadiens au Canada.