•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Rencontre entre Francis Reddy et Stéphanie Audet

Les grands entretiens, ICI Première.
Stéphanie Audet, la cheffe libre et globe-trotteuse

Rencontre entre Francis Reddy et Stéphanie Audet

Stéphanie Audet, la cheffe libre et globe-trotteuse

La jeune femme sourit.
La cheffe Stéphanie Audet en entrevue avec Francis ReddyPHOTO : Radio-Canada / Cécile Gladel
Les grands entretiens, ICI Première.
Les grands entretiensPublié le 20 janvier 2022

Après avoir travaillé dans des restaurants sur l'île de Vancouver et à Hawaï, Stéphanie Audet a ouvert Senhor Uva avec son conjoint, à Lisbonne, en 2019. « Les produits sont tellement beaux, tellement frais », dit-elle, du Portugal, au micro de Francis Reddy. Rencontre avec la cheffe dans les veines de qui coule la liberté.

Comment la vie a-t-elle amené Stéphanie Audet au Portugal? Stéphanie est née à Rimouski, dans une famille où la cuisine et la nourriture occupent une place de choix. La famille déménage à Laval, et elle quitte le foyer à 17 ans.

À 20 ans, elle se retrouve à l’île de Vancouver, chez sa sœur, et elle décroche un emploi comme plongeuse dans un restaurant à Tofino, dans le nord de l’île. La cheffe en devenir structure ses tâches différemment afin d’aider les cuisiniers. Elle y reste moins d’un an, car elle a envie de voyager.

À 21 ans, elle part pour Hawaï avec sa sœur. Rapidement, elle déniche un emploi dans un restaurant japonais sur l’île de Kona. Stéphanie Audet fréquente un homme et travaille dans son restaurant. « J’ai pu commencer à travailler plus le végétal à ce moment-là », raconte-t-elle. À partir de ce moment, la cuisine botanique et végétalienne n’a plus de secrets pour elle.

Par la suite, elle déménage au Texas avec son premier mari, et ils ouvrent le Daily Juice Café à Austin.

Entre ses séjours à l’étranger, Stéphanie Audet revient périodiquement à Montréal afin de participer à l’ouverture du bar à jus et du restaurant Crudessence, à divers événements culinaires et à la naissance du restaurant LOV.

Pour Stéphanie Audet, l’école de la vie est la meilleure qui soit, et elle continue d’apprendre dans son métier de restauratrice.