•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Rencontre entre Pénélope McQuade et Joséphine Bacon

Les grands entretiens, ICI Première.
Joséphine Bacon : « La poésie est une méditation »

Rencontre entre Pénélope McQuade et Joséphine Bacon

Joséphine Bacon : « La poésie est une méditation »

Portrait en couleur de la poète Joséphine Bacon, en extérieur.
La poète Joséphine BaconPHOTO : Benoît Rochon
Les grands entretiens, ICI Première.
Les grands entretiensPublié le 13 janvier 2022

La poète et documentariste innue Joséphine Bacon est considérée comme une auteure phare du Québec. Elle écrit aussi bien en français que dans la langue innue et est un modèle de fierté pour les jeunes générations autochtones, pour la défense de leur langue et de leur culture. Elle se livre au micro de Pénélope McQuade.

Originaire de Pessamit, sur la Côte-Nord du Québec, Joséphine Bacon s’est installée pour de bon à Montréal en 1968. C’est surtout là qu’elle a appris le français et sa culture innue, grâce aux anthropologues Rémi Savard, Sylvie Vincent et Serge Bouchard. « Les anthropologues, dans ces années-là, faisaient beaucoup de terrain chez les Innus au Labrador, sur la Basse-Côte-Nord. Ils enregistraient les aînés. […] Ils avaient besoin d’une personne pour transcrire en innu, et après ça, traduire. J’ai pu réapprendre ce que je n’avais pas vraiment appris durant mes années de pensionnat », explique Joséphine Bacon.

Au fur et à mesure, Joséphine Bacon s’est mise à collaborer comme scénariste, narratrice ou traductrice pour de nombreux documentaires et courts métrages, dont ceux du cinéaste Arthur Lamothe, Pierre Perrault et Gilles Carle. Puis, elle a obtenu un poste de documentariste à l’Office national du film (ONF).

La poésie est entrée dans sa vie lorsqu’elle a rencontré en 2008 la poète Laure Morali.

« La poésie peut naître de n’importe quelle façon, d’un regard, d’un arbre. La poésie est partout finalement. »

— Une citation de  Joséphine Bacon

Depuis, Joséphine Bacon a parcouru le monde grâce à la poésie. « Les mots peuvent nous conduire très, très loin, vers d’autres horizons », affirme-t-elle.

Également au cours de cette entrevue, Joséphine Bacon discute des jeunes poètes et artistes autochtones, de la violence envers les femmes autochtones et de la mort de l’anthropologue et animateur Serge Bouchard, qui lui manque énormément.