•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Rencontre entre André Robitaille et le skieur acrobatique Mikaël Kingsbury

Les grands entretiens, ICI Première.
Mikaël Kingsbury, le meilleur skieur de bosses de tous les temps

Rencontre entre André Robitaille et le skieur acrobatique Mikaël Kingsbury

Mikaël Kingsbury, le meilleur skieur de bosses de tous les temps

Mikaël Kingsbury
Mikaël Kingsbury PHOTO : Mikaël Kingsbury / Twitter
Les grands entretiens, ICI Première.
Les grands entretiensPublié le 16 septembre 2021

André Robitaille passe un long moment avec le skieur acrobatique Mikaël Kingsbury. Ce spécialiste des bosses a commencé la pratique du ski à 4 ans. À 7 ans, il a manifesté le désir de se joindre à l'équipe de bosses de son club, ce qu'il a fait un an plus tard. Aujourd'hui, il domine son sport de manière soutenue depuis une décennie, et à 29 ans, rien ne semble l'arrêter.

Le palmarès de Mikaël Kingsbury est impressionnant :

  • 93 podiums;
  • 2 médailles olympiques;
  • 6 fois champion du monde, ce qui lui assure une place dans le livre Guinness des records;
  • 9 globes de cristal.

« C’est au-delà de tout ce que j’aurais pu imaginer quand je me suis lancé là-dedans », affirme encore tout étonné l’athlète qui, chaque année depuis neuf ans, trouve les moyens de s’améliorer.

« Je ne fais pas ça pour bien gagner ma vie. Je fais ça parce que le petit de 10 ans, quand il a regardé les Jeux olympiques en 2002, il voulait aller aux Jeux olympiques, c’était son rêve. Je le vis présentement. »

—  Mikaël Kingsbury, skieur acrobatique
Mikaël Kingsbury

Mikaël Kingsbury

La Presse canadienne / Jeff Swinger

L’athlète prévoit mettre fin à sa carrière en 2026, lorsqu’il aura 34 ans. « J’aimerais continuer à skier le plus longtemps [possible] », lance-t-il en citant le joueur de tennis Roger Federer, qui, à 40 ans, figure encore dans les 10 premières positions du classement mondial masculin.

Durant la rencontre, Mikaël Kingsbury parle du soutien de sa famille et de son inquiétude pour la situation des jeunes sportifs en temps de pandémie. Enfin, André Robitaille lui demande de décortiquer le saut désaxé avec quatre vrilles complètes, qu’il a inventé. La description limpide du champion est impressionnante!