•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les grands entretiens, ICI Première.
Les grands entretiens, ICI Première.
Julie Hlavacek-Larrondo, l’astrophysicienne passionnée par les trous noirs

Rencontre entre Sophie Andrée Blondin et Julie Hlavacek-Larrondo

Julie Hlavacek-Larrondo, l’astrophysicienne passionnée par les trous noirs

Publié le 9 juin 2021
L’astrophysicienne Julie Hlavacek-Larrondo sourit à la caméra.
L’astrophysicienne Julie Hlavacek-LarrondoPHOTO : Julie Hlavacek-Larrondo

L'astrophysicienne Julie Hlavacek-Larrondo est la titulaire de la chaire de recherche du Canada en astrophysique observationnelle des trous noirs depuis 2014. Sophie Andrée Blondin la rencontre pour discuter de sa découverte des sciences, de ses années d'études et de téléportation.

En cinquième secondaire, Julie Hlavacek-Larrondo assiste à une expo-sciences qui change sa vie. Elle y présente un projet en physique sur le thème de la téléportation. « Je pensais que c’était de la science-fiction. Je ne savais pas que ça existait et je ne savais pas que c’était au fait de la physique », raconte-t-elle.

Julie Hlavacek-Larrondo complète un baccalauréat en physique et une maîtrise en astrophysique à l’Université de Montréal et s’intéresse aux trous noirs. En 2009, elle obtient un doctorat à l’Université de Cambridge. En 2012, la prestigieuse bourse de recherche postdoctorale Einstein, qui est financée par la NASA, la mène à l’Université de Stanford. Un an plus tard, un rare poste de professeure d’astrophysique se présente à l’Université de Montréal et elle le décroche.

Le 17 décembre 2007, la NASA publie un communiqué sur la découverte, majeure, d’un trou noir qui entre en collision avec une galaxie. « Si un objet, qui est en fait tout petit, peut détruire des galaxies entières, c’est incroyable. Je me suis dit : "Je suis vendue. C’est ça que je veux faire le reste de ma vie" », déclare Julie Hlavacek-Larrondo.

Le 10 avril 2019, la première image d’un trou noir super massif est dévoilée. L’astrophysicienne ressent un soulagement quant à l’existence de telles masses. « La quête de ma carrière est vraiment de comprendre le rôle de ces objets, des trous noirs supermassifs, dans l’univers », affirme-t-elle tout en précisant que les trous noirs influencent énormément les galaxies.

« Une des choses que j’ai vraiment apprises dans ma carrière, c’est que la science peut nous surprendre. »

—  Julie Hlavacek-Larrondo, astrophysicienne