•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les grands entretiens, ICI Première.
Les grands entretiens, ICI Première.
Le Dr François Marquis : « Ma vie médicale est dans le public »

Rencontre entre Francis Reddy et le Dr François Marquis

Le Dr François Marquis : « Ma vie médicale est dans le public »

Publié le 28 avril 2021
François Marquis
Le Dr François MarquisPHOTO : Pamplemousse média

« Le contexte de la pandémie a poussé énormément les limites de la résilience », affirme le Dr François Marquis, qui était cependant prêt à affronter les conséquences du coronavirus. Francis Reddy rencontre le chef de service des soins intensifs de l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont à Montréal, qui parle du parcours qui l'a mené à la médecine et de ses autres intérêts.

Une personne digne de confiance qui dispose d’une franchise « un peu désarmante », voilà comment François Marquis décrit ses qualités. Quant à ses défauts, il devient « soupe au lait » lorsqu’il devient très fatigué, mais est « moins impulsif » depuis 15 ans.

« J’ai gardé ma capacité de m’indigner, que je crois être nécessaire pour défendre ses patients. »

—  Le Dr François Marquis, chef de service des soins intensifs de l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont à Montréal

L’intensiviste aurait pu faire une autre spécialité, sauf en pédiatrie. « Quand j’ai commencé la médecine, ce que j’ai toujours voulu faire, c’est de la réanimation, dit-il. Je ne suis pas un médecin. À la base, je suis un réanimateur. »

Chose certaine, François Marquis n’aurait pu pratiquer la médecine sans enseigner : « Je viens d’une longue famille de profs. Il n’y a aucun médecin dans ma famille. J’ai baigné dans la pédagogie toute ma vie. »

Un médecin entrepreneur

Enfant, François Marquis s’intéresse de près aux ordinateurs et apprend rapidement à les modifier. À la fin de l’école secondaire, il fonde même une entreprise de services informatiques avec un ami. Il apprend alors à écouter des clients, une qualité qui lui permet aujourd’hui d’être mieux au service de ses patients.

Même s’il a toutes les qualités d’un entrepreneur, François Marquis choisit le service public. « La médecine est une passion qui est plus grande que ça, et les soins intensifs, c’est quelque chose de public », affirme-t-il.