•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les grands entretiens, ICI Première.
Les grands entretiens, ICI Première.
Audio fil du jeudi 25 mai 2017

Rencontre entre Franco Nuovo et la comédienne Anne-Marie Cadieux

Anne-Marie Cadieux : choisir l'art dramatique pour fuir le réel

Publié le 26 mai 2017
La comédienne Anne-Marie Cadieux
Anne-Marie CadieuxPHOTO : Marï Photographe

« Je me sens toujours plus vraie quand je suis sur scène », explique Anne-Marie Cadieux. Dès l'enfance, la Montréalaise a su qu'elle deviendrait comédienne. Riche d'une carrière aux rôles variés, elle dépeint à Franco Nuovo sa jeunesse marquée par le deuil ainsi que sa passion toujours intacte pour son art, qui lui permet d'explorer d'autres vies que la sienne.

Une enfance en quête de liberté
Élevée par une mère au foyer et par un père qui gravitait dans le monde des arts, Anne-Marie Cadieux exprime très jeune un fort caractère. « Je n’étais pas une princesse, je faisais des petites crises », raconte-t-elle.

Chez les Cadieux, les déménagements sont fréquents. Ses premières années sont partagées entre Ottawa et Montréal. Cette enfance nomade fait naître en elle des envies d’évasion, qu’elle comble en lisant les ouvrages de la bibliothèque bien remplie de la maison familiale.

Alors qu’elle est adolescente, son frère se suicide. Elle en parle comme d’un « cataclysme » qui l’habite encore aujourd’hui.

Échapper au quotidien en jouant d’autres vies
« Souvent, j’ai pensé que la lecture a été déterminante dans mon choix d’être comédienne. Cela me sortait du réel. » Elle croit qu’il lui serait impossible de « rester Anne-Marie Cadieux toute sa vie », et le théâtre lui permet de sortir d’elle-même.

La comédienne Anne-Marie Cadieux n'a jamais envisagé une autre carrière que dans l'art dramatique.

Radio-Canada

L’art dramatique lui offre un espace où tous les excès de son tempérament sont permis : « Je me disais que si je ne faisais pas ça [du théâtre], j’allais mourir », révèle-t-elle. Plus jeune, elle a eu peur que son physique la cantonne à des rôles de « filles en tailleurs », comme elle le dit, mais son rôle dans Maman Last Call, entre autres, lui a permis de montrer la variété de son jeu.

Savourer le vedettariat
Elle est heureuse d’être une actrice reconnue par le grand public pour ses rôles au théâtre, mais aussi à la télévision. « Quand on se lève un matin, que ça ne va pas bien, et que l’on se fait dire à six reprises : ''Je veux juste vous dire que je vous aime beaucoup'', on n’est pas insensibles », dit-elle.

Avec le temps, elle continue à ressentir le trac sur scène, mais est devenue plus indulgente sur son propre jeu. Pour continuer de grandir en tant que comédienne, elle s’intéresse à la démarche artistique dans son ensemble, en discutant beaucoup, notamment, avec des partenaires créateurs qui l’ont marquée, comme Robert Lepage.