•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Franco Nuovo et l'anthropologue et conférencier Serge Bouchard (2e partie)

Les grands entretiens, ICI Première.
Rencontre avec Serge Bouchard (deuxième partie)

Franco Nuovo et l'anthropologue et conférencier Serge Bouchard (2e partie)

Franco Nuovo et l'anthropologue et conférencier Serge Bouchard (2e partie)

Il sourit au micro.
L'auteur, anthropologue et animateur Serge BouchardPHOTO : Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa
Les grands entretiens, ICI Première.
Les grands entretiensPublié le 27 décembre 2019

Cette deuxième portion de l'émission est consacrée en bonne partie aux Autochtones et à notre ignorance persistante de ces peuples que nous ne côtoyons pas.

Cette deuxième heure débute par un extrait d’une entrevue passée : la réunion, dans un même studio, de Florent Vollant, de Gilles Vigneault et de M. Bouchard. Ensemble, ils parlent de la relation entre l’homme blanc et l’Autochtone, particulièrement l’Innu, un peuple de terre.

Franco Nuovo revient ensuite sur la fermeté avec laquelle Serge Bouchard s’est exprimé lors de la Commission d'enquête sur les relations entre les Autochtones et certains services publics, en 2017. L’anthropologue tient à mettre l’accent à nouveau sur le concept de nations, et non celui de communautés, donc sur le fait que les peuples autochtones ne sont toujours pas adéquatement reconnus, en plus des services qui ne se rendent toujours pas dans plusieurs réserves.

« « Il n’est pas de solution simple aux problèmes de l’humanité. » »

—  Serge Bouchard

Serge Bouchard en vient aussi à parler de sa conscience écologique, de son souci des arbres et des ours. Puis, Franco Nuovo aborde le sujet du végétarisme, et Serge Bouchard met en perspective la consommation de viande de l’être humain et sa complexité.

L’homme de 72 ans aborde aussi le vieillissement et la douleur, la nôtre et celle des autres, qui nous affligent aussi. La vieillesse, chez les Autochtones, est respectée, estimée, sacrée. L’émission se termine par un regard plutôt satisfait dans le rétroviseur, sur cette vie riche qui, jusqu’ici, lui a beaucoup donné. Reste à voir de quoi 2020 (et au-delà) sera faite.