•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les faits d'abord, ICI Première.
Les faits d'abord, ICI Première.
Rattrapage du 19 juin 2021 : Les poulets tués et la langue française

Projets de loi sur la langue PL 96 à Québec et C 32 à Ottawa

Mieux protéger le français comme langue officielle

Publié le 19 juin 2021
Affichette de bureau qui indique un service dans les deux langues officielles.
Le 15 juin, le projet de loi C-32 était déposé à la Chambre des communes. PHOTO : Radio-Canada

Deux projets de loi sur la langue française ont provoqué diverses réactions. Le projet fédéral vise à mieux protéger le français au pays et est d'ailleurs bien accueilli par les communautés francophones et acadiennes. Par contre, le projet de loi québécois est accueilli plus froidement par la communauté anglophone, au Québec, et par les médias anglophones au pays. « On ne fait que rendre plus évident, plus explicite, plus officiel ce qui se passait déjà sur le terrain », croit Stéphanie Chouinard, professeure de sciences politiques au Collège royal militaire du Canada à Kingston, en Ontario, et spécialiste des questions linguistiques, au sujet du projet de loi d'Ottawa.

Peter Trent a été maire de Westmount pendant de nombreuses années et il commente régulièrement les enjeux linguistiques. Il a bien connu les résistances de la communauté anglophone sur la loi 101. Il est surpris qu’une très forte majorité de la Chambre des communes reconnaisse le français comme langue officielle au Québec. Peter Trent se considère comme un anglophone modéré et dénonce « l’hystérie de masse » de membres de la minorité anglophone québécoise. « J’ai toujours aimé le fait que 80 % du Québec parle français », affirme l’ancien maire.