•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les faits d'abord, ICI Première.
Les faits d'abord, ICI Première.
Rattrapage du 1er mai 2021 : La COVID-19 en Inde et au Canada, et le rapport Laurent

Rapport Laurent à venir : Entrevue avec le psychologue Camil Bouchard

Revoir de fond en comble la protection de la jeunesse

Publié le 1 mai 2021
Régine Laurent, présidente de la Commission spéciale sur les droits de l'enfant et la protection de la jeunesse qui présente un prélude du contenu de son rapport final en conférence de presse
Régine Laurent, présidente de la Commission spéciale sur les droits de l'enfant et la protection de la jeunessePHOTO : Radio-Canada / Ivanoh Demers

La commissaire Régine Laurent déposera le 3 mai son rapport sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse. La commission Laurent a été instaurée à la suite de la mort d'une fillette de 7 ans à Granby en 2019. Ce tragique événement a mis en lumière le manque d'accès aux services de la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ), ainsi que la détresse de nombreuses familles et d'intervenants à bout de souffle. Le psychologue Camil Bouchard revient sur l'évolution des droits des enfants depuis la création de la DPJ en 1977, et se penche sur les orientations à venir.

« On a progressé dans beaucoup de dossiers, notamment la pauvreté, la place dans les services de garde, les congés parentaux, etc., mais durant tout ce temps-là, d’année en année, on avait une augmentation du signalement envers les enfants », déplore Camil Bouchard. Le psychologue cible un problème structurel dans les services offerts par la DPJ. « Les intervenants en première ligne, soit les écoles, les policiers et les services sociaux, ne sont pas capables de répondre à la demande », note-t-il.

« Nous avons un effort national à consentir extrêmement important dans nos services de prévention, dans nos services de proximité auprès des familles qui sont en état de vulnérabilité. »

—  Camil Bouchard, psychologue

Selon Camil Bouchard, il faut que « le développement et la sécurité de l’enfant soient au rendez-vous ».