•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les faits d'abord, ICI Première.
Les faits d'abord, ICI Première.
Rattrapage du 24 avr. 2021 : Réchauffement climatique et gestion des frontières

Gestion des frontières : Discussion avec trois experts

La gestion des frontières à l’heure de la vaccination contre la pandémie

Publié le 24 avril 2021
Les drapeaux du Canada et des États-Unis flottent devant le pont Ambassadeur.
Les drapeaux du Canada et des États-Unis flottent devant le pont Ambassadeur, à la frontière, près de Windsor.PHOTO : La Presse canadienne / Rob Gurdebeke

La réouverture des frontières entre le Canada, les États-Unis et le Mexique, très intégrés économiquement, s'accélère, au moment où la proportion de la population qui a reçu un vaccin augmente et avec elle, l'espoir d'une vraie reprise des échanges, y compris le tourisme. « Ce qu'il ne faut pas faire, c'est rouvrir la frontière et ensuite la fermer », prévient Robert Asselin, ancien conseiller politique de Justin Trudeau et vice-président Politiques publiques du Conseil canadien des affaires.

Martine Hébert, déléguée du Québec à Chicago, constate que les relations d’affaires entre le Canada et les États-Unis se sont bien maintenues pendant la pandémie. « On a changé nos façons de faire. Avant la pandémie, on participait à de grosses foires commerciales, explique-t-elle. On a des événements de plus petite envergure, mais qui sont en virtuel. » Selon la déléguée du Québec à Chicago, le Québec peut profiter d’occasions d’affaires et de commerce, malgré les obstacles.

« Malgré les messages de la Dre Tam, on sait depuis la nuit des temps que le tourisme passe après la santé publique », soutient Paul Arseneault, professeur à l’École des sciences de gestion à l’UQAM et expert en tourisme, qui croit que la population devra encore prendre son mal en patience. Au sujet du passeport vaccinal, Paul Arseneault le souhaite parce que, d’une manière ou d’une autre, une forme de test prouvant la vaccination est nécessaire pour la réouverture des frontières.