•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les faits d'abord, ICI Première.
Les faits d'abord, ICI Première.
Rattrapage du 20 mars 2021 : Déclin du français et hausse des féminicides au Canada

Une femme est tuée tous les 2,5 jours au Canada : Discussion sur les féminicides

2020, une année tristement record pour les féminicides au Canada

Publié le 20 mars 2021
Une femme sur une civière dans une ambulance.
Une femme de 29 ans en arrêt cardio-respiratoire a été transportée à l’hôpital par ambulance après avoir été victime de voie de fait par son conjoint vers 6 h 50 samedi à Montréal.PHOTO : Radio-Canada / Mathieu Wagner

En 2020, 160 femmes sont mortes des suites d'un acte violent au Canada, ce qui correspond à une femme tuée tous les deux jours et demi, selon l'Observatoire canadien du féminicide pour la justice et la responsabilisation. Alain Gravel en discute avec Carmen Gill, professeure de sociologie à l'Université du Nouveau-Brunswick et membre de l'Observatoire; Michèle Audette, adjointe au vice-recteur à l'Université Laval et ex-commissaire de l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées; et Chantal Arseneault, présidente du Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale.

« Il faut définitivement travailler sur des initiatives de prévention », affirme Carmen Gill. Elle remarque qu’au cours des cinq dernières années, il semble y avoir eu une augmentation des féminicides au pays.

Ces chiffres de violence conjugale élevés ne surprennent pas Michèle Audette. « C’est alarmant, inacceptable, même épeurant. » Selon elle, les solutions pour pallier ce problème sont multiples.

Chantal Arseneault propose instamment un changement des mentalités à moyen et à long terme. « Il faut établir un filet de protection sociale autour de nos femmes et de nos enfants », dit-elle.