•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les faits d'abord, ICI Première.
Les faits d'abord, ICI Première.
Rattrapage du 23 janv. 2021 : L'arrêt de Keystone XL et la colchicine

L'arrêt du pipeline Keystone XL annonce-t-il le déclin du pétrole? Discussion

L’annulation de Keystone XL signe-t-elle le déclin du pétrole dans l’Ouest canadien?

Publié le 23 janvier 2021
Des cerfs se promènent autour de tuyaux entreposés pour la construction du pipeline.
Des tuyaux entreposés qui doivent servir à la construction du pipeline Keystone XL.PHOTO : Reuters / Terray Sylvester

Le président américain, Joe Biden, a mis fin au projet de l'oléoduc Keystone XL en sol américain. Les débouchés pour faire fructifier le pétrole de l'Ouest canadien se ferment un à un. « C'est un resserrement du marché », affirme Marco Navarro-Génie, président du Haultain Research Institute en Alberta, à Julie Drolet. « Cela dit, les exportations ne sont pas arrêtées, car il y a d'autres oléoducs », poursuit-il. « C'est un geste symbolique pour montrer une rupture franche envers son prédécesseur [Donald Trump], mais qui n'aura pas d'impact sur la consommation américaine et mondiale de pétrole », soutient Pierre-Olivier Pineau, professeur et titulaire de la Chaire de gestion du secteur de l'Énergie à HEC Montréal.

L’acheminement de pétrole de l’ouest du Canada s’effectuera d’une manière ou d’une autre, mais les oléoducs sont beaucoup plus efficaces et moins dispendieux, explique Marco Navarro-Génie. Il fait également remarquer que les différents premiers ministres de l’Alberta tentent depuis plus d’une décennie de concrétiser l’oléoduc.

Pierre-Olivier Pineau souligne que l’Alberta fournit du pétrole lourd, et que la décision de Joe Biden d’annuler le projet Keystone XL ouvre ce marché aux pays d’Amérique latine, qui en produisent aussi. « On déplace le problème, mais on ne fait pas de vrais pas en avant », croit-il.