•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les faits d'abord, ICI Première.
Les faits d'abord, ICI Première.
Rattrapage du 12 déc. 2020 : Les transferts en santé et Pornhub

Augmentation des transferts en santé : Débat politique

Les transferts en santé, source de discorde entre Ottawa et les provinces

Publié le 12 décembre 2020
Les deux premiers ministres s'adressent aux journalistes.
Le premier ministre du Québec, François Legault (gauche), et son homologue ontarien, Doug Ford, feront front commun pour réclamer une hausse des transferts fédéraux en santé. PHOTO : The Canadian Press / Chris Young

Les gouvernements provinciaux ont demandé au gouvernement fédéral d'augmenter les transferts en santé de 28 milliards de dollars par année. Malgré une certaine ouverture, Justin Trudeau a affirmé que ces transferts étaient malvenus en pleine pandémie de la COVID-19. Le ministre responsable des Affaires intergouvernementales, Dominic LeBlanc, et, par la suite, le député néodémocrate Alexandre Boulerice, le conservateur Luc Berthold et le bloquiste Stéphane Bergeron, discutent de cette situation.

Les provinces ont oublié de rappeler qu’elles ont obtenu des points d’impôts en 1977, affirme Dominic LeBlanc. « Les Canadiens s’attendent à ce que leur gouvernement soit concentré […] sur la lutte contre la COVID-19 », dit-il.

« On a vu à quel point le système de santé est fragilisé », stipule Alexandre Boulerice. « Il faut augmenter les transferts en santé et nous sommes d’accord avec le 35 % [d’augmentation]. »

Luc Berthold précise que le Parti conservateur est favorable à l’augmentation des transferts en santé, mais sans préciser un taux : « Il faut augmenter les transferts en santé, sans condition, d’une manière stable pour les provinces. »

Quant à Stéphane Bergeron du Bloc québécois, il affirme que « le système est sur-sollicité, on l’a bien vu. […] Le besoin, en période de pandémie, il est dans le système de santé ».