•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les faits d'abord, ICI Première.
Les faits d'abord, ICI Première.
Rattrapage du 5 septembre 2020 : Décriminalisation des drogues dures et traitement de la COVID-19

COVID-19 : Discussion avec deux spécialistes sur les avancées médicales

À quand un vaccin et un médicament contre la COVID-19?

Publié le 5 septembre 2020
Des échantillons de protéines sur un comptoir.
Les échantillons de protéines sont essentielles au développement d'un vaccin contre la COVID-19.PHOTO : afp via getty images / ANDREW CABALLERO-REYNOLDS

Des chiffres montrent une remontée des infections à la COVID-19, tant au Québec qu'ailleurs au Canada. Une deuxième vague de contaminations est à craindre. Le point avec deux spécialistes des traitements médicaux de la COVID-19, le Dr Gary Kobinger, directeur du Centre de recherche en infectiologie et professeur en immunologie à l'Université Laval, et le Dr Jean-Claude Tardif, directeur du Centre de recherche de l'Institut de cardiologie de Montréal et professeur de médecine à l'Université de Montréal.

« Je pense que c’est approprié de rappeler aux gens de ne pas baisser leur garde, affirme le Dr Gary Kobinger. Le nombre de décès en relation avec le nombre de cas est resté stable », précise-t-il. « Il y a un risque clair de deuxième vague au Québec », confirme le Dr Jean-Claude Tardif.

Des politiciens, surtout aux États-Unis et en Russie, promettent d’ici peu de temps un vaccin. Ces décisions politiques « peuvent miner la confiance des gens », déplore le Dr Gary Kobinger. Il se fie plutôt aux évaluations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui espère un vaccin à la mi-2021.

Le cardiologue Jean-Claude Tardif

Le cardiologue Jean-Claude Tardif pense trouver dans la colchicine un remède à la COVID-19.

CATALIS

Le Dr Jean-Claude Tardif travaille sur le développement d’un médicament tiré de la colchicine. « Les choses avancent bien. […] On est quand même passablement optimistes qu’on pourra réduire le risque de complications de la COVID avec cette approche », dit-il.