•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les éclaireurs, ICI Première.
Les éclaireurs, ICI Première.
Audio fil du mercredi 18 juillet 2018

Entrevue avec Véronique Lemieux : Le projet Vignes en ville

Vignes en ville : faire pousser des raisins sur les toits du centre-ville

Publié le 19 juillet 2018
Des vignes dans des pots sur le toit du Palais des congrès de Montréal
Les premières vignes ont été installées en 2017 sur le toit du Palais des congrès de Montréal.PHOTO : Vignes en ville

« J'y suis allée et quand j'ai vu l'endroit, je me suis dit : "On a besoin de ça à Montréal" et "Enfin, je peux joindre mes deux passions : le vin et l'agriculture urbaine." » C'est lors de la visite d'un vignoble urbain à Brooklyn que Véronique Lemieux a décidé de fonder Vignes en ville, un organisme visant à étudier le comportement des vignes rustiques en milieu urbain. Trois projets pilotes ont été lancés dans la métropole.

Les premiers pots ont été placés l’été dernier sur le toit du Palais des congrès de Montréal, où se trouve une ferme maraîchère gérée par le Laboratoire sur l’agriculture urbaine.

« Quand j’ai réalisé qu’il y avait des Italiens dans La Petite-Italie qui cultivaient du pinot noir dans leur cour et que ça donnait des résultats intéressants, je me suis dit que ce n’était pas juste des New-Yorkais high-tech [technophiles] qui sont capables de faire ça. »

—  Véronique Lemieux

Cet été, d’autres pots ont été installés sur le toit de l’Institut de tourisme et d'hôtellerie du Québec et des vignes ont été plantées dans le sol de la cour du siège social de la Société des alcools du Québec (SAQ). La première cuvée de vin sera produite lorsque les vignes auront 4 ans.

Un autre volet de son organisme est de valoriser le verre recyclé, qui peine à trouver preneur au Québec. Pour remplir ses pots, Véronique Lemieux devait fabriquer du terreau de toute pièce. Au lieu de mettre du sable, elle a opté, à l’instar des fabricants du ciment, pour le verre en poudre.

Les propriétés du verre broyé sont les mêmes que celles du sable. L’équivalent de 20 bouteilles de verre recyclées est nécessaire pour chaque plant de vigne.

Le verre broyé sera aussi utilisé comme paillis pour recouvrir le sol où les vignes sont plantées à la SAQ. Cette couche de verre va entraîner une réverbération des rayons lumineux et donner plus de soleil aux plants. Les raisins devraient donc être plus sucrés grâce à un meilleur mûrissement.

L’objectif est que ces raisins plus sucrés produisent des vins moins acides, contrairement aux vins produits actuellement au Québec, qui ont la réputation d'avoir une forte acidité.