•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Entrevue avec Charles Bourque : L'hyponatrémie, le danger de trop s'hydrater

Les éclaireurs, ICI Première.
Audio fil du jeudi 28 juin 2018

Entrevue avec Charles Bourque : L'hyponatrémie, le danger de trop s'hydrater

Les dangers de boire trop d’eau et de trop s’hydrater

Une femme boit un verre d'eau.
La surhydratation peut être dangereuse.PHOTO : iStock
Les éclaireurs, ICI Première.
Les éclaireursPublié le 29 juin 2018

Les autorités de santé publique disent souvent, particulièrement ces jours-ci, qu'il est important de bien s'hydrater en période de canicule, surtout si l'on pratique un sport. Cela est vrai, certes, mais il ne faut pas trop boire d'eau non plus, insiste Charles Bourque, professeur au Département de neurologie et chercheur à l'Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill. Le fait de trop s'hydrater peut avoir de très fâcheuses conséquences, mentionne-t-il.

Le terme pour définir la surhydratation est l’hyponatrémie. Elle survient lorsqu’une personne boit beaucoup trop d’eau rapidement. L’eau dilue alors la concentration d’électrolytes dans le sang, dont le sodium, le principal électrolyte.

L’hyponatrémie entraîne l’infiltration d’eau dans toutes les parties du corps, y compris dans le cerveau, par un phénomène qui s’appelle l’osmose. La pression qui s’exerce alors sur le cerveau, emprisonné dans la boîte crânienne, entraîne des conséquences neurologiques.

Les symptômes associés à l’hyponatrémie sont les étourdissements, la confusion, un sentiment de fatigue extrême. Ils peuvent même aller jusqu’au coma et entraîner la mort.

La surhydratation peut survenir dans des moments où une personne consomme volontairement beaucoup trop d’eau. Cela arrive souvent dans les sports extrêmes, notamment les marathons, où les concurrents ont bien souvent une perception incorrecte de la soif.

L’hyponatrémie peut aussi être un effet secondaire associé à une pathologie. Par exemple, 25 % des personnes ayant subi un traumatisme cérébral souffrent d’hyponatrémie. Ceux qui sont aux prises avec une maladie pulmonaire ont une chance sur cinq de souffrir de ce trouble hydroélectrolytique. L’hyponatrémie peut toucher 12 % des diabétiques.

En sachant que le rein a la capacité de filtrer ou d’excréter environ 1 litre d’eau à l’heure, dès qu’on dépasse cette quantité, on s’expose à une accumulation de liquide dans le corps, fait savoir Charles Bourque, dont l'équipe mène des recherches sur la surhydratation.