•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les éclaireurs, ICI Première.
Les éclaireurs, ICI Première.
Audio fil du jeudi 7 juin 2018

Entrevue avec Samuel Lalande-Markon et David Désilets : L'expédition Transtaïga

De Montréal à Kuujjuaq à vélo et en canot

Publié le 8 juin 2018
Le canot qui servira à l'expédition Transtaïga cet été.
Le canot qui servira à l'expédition Transtaïga cet été.PHOTO : youtube.com

David Désilets et Samuel Lalande-Markon quittent la métropole québécoise pour le Grand Nord le mois prochain, un parcours à vélo et en canot de 2436 km, de Montréal à Kuujjuaq (ᑰᔾᔪᐊᖅ). Les éclaireurs suivront leur périple sur les routes pavées, les routes de « garnotte » et les rivières durant tout l'été par téléphone satellite.

L’expédition de 45 jours, surnommée Transtaïga (du nom de la route qui suit le complexe hydrographique La Grande), comprend du vélo – 1250 km sur route asphaltée et 666 km sur route gravelée – ainsi que du canot sur 520 km sur des lacs et des rivières du Grand Nord québécois.

« J’ai, en général, l’envie de faire des voyages à haute intensité. »

—  Samuel Lalande-Markon

Samuel Lalande-Markon a fait plusieurs expéditions à vélo dans les dernières années. En 2011, il a par exemple traversé le Canada de Vancouver à Saint-Jean (Terre-Neuve), en passant par Montréal. Il fera la partie à vélo en solo sur environ 10 jours.

Le parcours à vélo et en canot de l'expédition Transtaïga de Samuel Lalande-Markon et David Désilets entre Montréal et Kuujjuaq.

samuelmarkon.com

David Désilets, grand amateur d’expéditions aquatiques, se joindra à lui pour la dernière partie en canot, qui devrait durer entre 15 et 20 jours, s’il n’y a pas d’imprévus.

« L’idée de pouvoir tracer une ligne géographique du sud au nord, ça peut paraître abstrait, mais ça m’a beaucoup parlé. »

—  David Désilets

Durant leur périple, ils traverseront 13 parallèles et 4 écosystèmes forestiers.

Des ours dans une forêt boréale.

ABMI

L’un des risques du voyage est de croiser un ours noir, mais les deux aventuriers sont prêts.

« On a pris la décision de ne pas être armés, raconte David Désilets. On va plutôt faire attention de bien isoler notre nourriture, de la protéger, de ne pas manger là où l’on dort et de ne pas cuisiner là où l’on dort. On a été en contact avec différents aventuriers plus expérimentés qui nous ont fait un schéma pour monter un camp en prenant en compte la direction du vent. »

Une soirée bénéfice est organisée le 18 juin de 17h à 22h à l'Entrepôt Joe Aventure de l'arrondissement Anjour à Montréal. Il est aussi possible de faire un don directement sur la page web de l'expédition (Nouvelle fenêtre).