•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Des venins de serpent dans nos médicaments : Entrevue avec Dr Denis Servent

Les éclaireurs, ICI Première.
Audio fil du mercredi 24 janvier 2018

Des venins de serpent dans nos médicaments : Entrevue avec Dr Denis Servent

Du venin de serpent dans nos médicaments

Le venin du serpent peut avoir des propriétés bénéfiques
Le venin du serpent peut avoir des propriétés bénéfiquesPHOTO : Getty Images
Les éclaireurs, ICI Première.
Les éclaireursPublié le 25 janvier 2018

Toxique dans la nature, le venin du serpent est un ingrédient miraculeux pour les pharmacologues, qui en utilisent certaines molécules dans la composition de médicaments contre l'hypertension ou le diabète, entre autres. « Le venin a des propriété typique des molécules thérapeutiques », explique Denis Servent, directeur du Laboratoire de toxinologie moléculaire et biotechnologies au CEA Saclay.

Le venin des serpents, mais aussi celui des araignées et des reptiles, a la « possibilité d'agir de manière sélective ». Voilà ce qui intéresse particulièrement les pharmacologues « désireux d'utiliser une toxine qui va agir sur le récepteur X, mais pas sur sa petite cousine Y ou sur son frère ou sa soeur Z. Ce qui fait aussi la force du venin, c’est qu’il agit très fortement et très longtemps sur la cible. »

De quoi est composé le venin pour être si puissant?
« Le venin, poursuit Denis Servent, est un composé complexe majoritairement composé d’enzymes et de toxines (peptides), permettant à l’animal venimeux de capturer une proie, puis de la prédigérer ou de se défendre contre un prédateur. Il y a des centaines et des centaines de molécules présentes dans le venin, de petite taille et de grande taille, avec différentes fonctions. Ce sont certaines de ces molécules, réelles ou synthétiques, qui sont utilisées en pharmacologie. »

Dans le venin, la toxicité est importante et néfaste, puisqu’elle est en dose concentrée, mais lorsque la toxicité est en petite dose, la même molécule peut avoir des effets bénéfiques.

Quelques médicaments contenant du venin
Le captoprile est le premier médicament a avoir été conçu à partir d’une toxine animale. « Ça fait près de 30 ans que cette molécule est sur le marché comme antihypertenseur, en santé cardio-vasculaire. C’est une molécule désignée, imaginée à partir de l’observation du Bothrops Jararaca, un serpent brésilien. »

On peut nommer aussi le Prialt ou le Ziconotide. Cette molécule directement issue d’un cône marin est utilisée dans la fabrication d'un analgésique puissant, servant au traitement des douleurs sévères réfractaires aux morphiniques.

« L'une des plus récentes découvertes est le byetta, conclut Denis Servent. Il est issu de la salive du lézard le monstre de Gila. Le Byetta permet de contrôler la glycémie et il est utilisé pour le diabète de type 2. »