•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Entrevue avec Marie Beaulieu : La maltraitance des aînés

Les éclaireurs, ICI Première.
Audio fil du mercredi 21 décembre 2016

Entrevue avec Marie Beaulieu : La maltraitance des aînés

Maltraitance des aînés : protéger les dénonciateurs et respecter les victimes

Les mains d'un homme âgé assis sur son lit.
La maltraitance chez les aînés, un problème bien réelPHOTO : iStock
Les éclaireurs, ICI Première.
Les éclaireursPublié le 22 décembre 2016

Le Québec bénéficierait grandement de l'adoption du projet de loi sur la maltraitance des personnes vulnérables déposé en octobre, selon Marie Beaulieu, gérontologue sociale. Celui-ci permettrait de favoriser la dénonciation d'actes répréhensibles et de s'assurer que les victimes sont considérées « comme des adultes à part entière capables de prendre des décisions ».

La mise en application de la loi donnerait aussi plus de pouvoirs aux commissaires aux plaintes dans les centres de santé de la province afin de faire cheminer les dossiers plus rapidement, explique Marie Beaulieu. Les longs délais actuels « sont inadmissibles », selon elle, puisque les aînés victimes de négligence, de maltraitance ou de violence développent plus de maladies et voient leur espérance de vie diminuer.

Une tendance mondiale
Le Québec fait tout de même bonne figure à l’échelle mondiale, estime la professeure titulaire de l’École de travail social de l’Université de Sherbrooke. De retour d’une grande assemblée sur le sujet à New York, elle explique que de nombreux pays, particulièrement ceux en voie de développement, souhaitent la création d’une charte qui garantirait les droits des aînés partout sur la planète. Cet objectif prendra quelques années à atteindre, croit-elle.