•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les éclaireurs, ICI Première.
Les éclaireurs, ICI Première.
Audio fil du mardi 22 janvier 2019

Entrevue avec Yvon Chouinard : Le Mois du mentorat

Premier mois du mentorat au Québec

Publié le 24 janvier 2019
Deux hommes sont assis de chaque côté d'un table sur laquelle est posée deux ordinateurs.
Le mentorat en entreprise peut servir à retenir de nouveaux employés, selon Yvon Chouinard de Mentorat QuébecPHOTO : Getty Images / iStock / Fizkes

La montée en popularité du mentorat est indéniable, selon Yvon Chouinard, président du conseil d'administration de Mentorat Québec, qui lance le premier Mois du mentorat au Québec. Les plus jeunes générations sont plus ouvertes à être accompagnées, et le réclament même parfois.

« Le mentorat est basé sur l’expérience. Si j’ai de l’expérience, peu importe mon âge, je peux même mentorer quelqu’un qui est plus vieux que moi. »

—  Yvon Chouinard, président du conseil d'administration de Mentorat Québec

Le mentor apporte avant tout un savoir-faire, plutôt que des connaissances particulières. « On va d’abord chercher un mentor pour ce qu’il sait, son expérience », dit Yvon Chouinard. Ce « savoir-être » du mentor, mais aussi un « savoir-devenir », marque le mentorat comme un processus de transition qui sert à accompagner quelqu’un dans ce que cette personne veut ou peut devenir.

Le mentor peut ainsi accompagner quelqu’un en entreprise, mais aussi un immigrant qui découvre un nouveau pays, par exemple.

Les programmes de mentorat sont aussi souvent axés sur des questions particulières, par exemple lorsqu’il y a sous-représentation d’un certain groupe de personnes dans un milieu, comme les femmes en finances ou en agriculture. Les jeunes médecins aussi sont régulièrement mentorés par des médecins d’expérience.

« L’encadrement [dans un programme de mentorat] permet de bien délimiter la relation "mentorale", explique Yvon Chouinard. Le mentorat, ce n’est pas du coaching, ce n’est pas du conseil, ce n’est pas de la consultation. On va encadrer d’abord l’objectif. On va l’inscrire aussi dans ce que l’organisation veut accomplir. »

Le mentorat en milieu de travail peut ainsi servir à retenir de nouveaux employés afin que ceux-ci sentent qu’ils ont une possibilité de progresser professionnellement à l’intérieur des structures d'une entreprise.

Référence :

Site web de Mentorat Québec (Nouvelle fenêtre)