•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les éclaireurs, ICI Première.
Les éclaireurs, ICI Première.
Audio fil du jeudi 1 juin 2017

Physiothérapie avec Denis Fortier : La marche nordique

La marche nordique : quand les bâtons font toute la différence

Publié le 2 juin 2017
La marche nordique a été inventée par des skieurs cherchant à poursuivre leur entraînement l’été venu.
La marche nordique a été inventée par des skieurs cherchant à poursuivre leur entraînement l’été venu. PHOTO : iStock

Dépense d'énergie, stimulation de la respiration, activation d'un très grand nombre de muscles : voilà au moins trois bonnes raisons de privilégier la marche nordique, cette marche avec bâtons qui s'inspire du ski de fond, à la marche libre. Le physiothérapeute Denis Fortier recommande hautement ce sport né dans les pays scandinaves à la fin des années 90.

Du ski de fond sans les skis! On pourrait résumer ainsi la pratique de la marche nordique, dans laquelle l’utilisation des bâtons est la source de nombreux bienfaits sur la santé des marcheurs. « Le rôle des bâtons, précise Denis Fortier, n’est pas le même que ceux utilisés lors des randonnées en montagne [ce qu’on appelle le trekking]. Pendant la marche nordique, les bâtons sont utilisés pour se propulser et non pour faciliter l’ascension. » De plus, en trekking, les bâtons sont plantés à la verticale devant le marcheur, tandis que pendant la marche nordique, ils sont inclinés et toujours placés derrière le marcheur.

« La marche nordique diminue le stress sur les articulations des membres inférieurs, un précieux avantage en présence d'obésité ou de problèmes articulaires comme l’arthrite ou l’arthrose. Lorsque la marche nordique est pratiquée régulièrement, elle serait associée à une diminution de l'indice de masse corporelle. »

—  Denis Fortier

Les physiothérapeutes recommandent notamment la marche nordique aux personnes atteintes de la maladie de Parkinson ou à celles souffrant de maladies circulatoires, comme la claudication intermittente et l’arthosclérose.