•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les éclaireurs, ICI Première.
Les éclaireurs, ICI Première.
Audio fil du lundi 19 novembre 2018

Nutrition avec Bernard Lavallée : La cuisine du future

L'avenir de l’alimentation reposerait sur le véganisme et les insectes

Publié le 20 novembre 2018
Des personnes partagent un repas.
Des personnes adeptes du véganisme partagent un repas.PHOTO : iStock

Un monde 100 % végane permettrait de répondre à certains problèmes environnementaux qui menacent l'humanité, plaide le nutritionniste Bernard Lavallée, qui a récemment agi à titre de rédacteur en chef invité pour le magazine Caribou, une publication s'intéressant à la culture culinaire québécoise. Dans son nouveau numéro, le magazine s'est projeté 50 ans dans l'avenir pour tenter de prédire de quelle façon nous mangerons en 2068.

Aujourd’hui, note Bernard Lavallée, 80 % des terres agricoles servent exclusivement à l’élevage des animaux, et 14,5 % des gaz à effet de serre générés par l’humanité proviennent de ce secteur. Chaque année, 60 milliards d’animaux sont abattus pour nourrir l’humanité, ajoute le nutritionniste.

Une société qui cesserait de consommer de la viande aiderait non seulement l'humanité dans sa lutte contre les changements climatiques et la dégradation de l’environnement, mais elle remettrait aussi en question la relation que nous avons avec les animaux, ainsi que toutes les structures de domination. « Ça nous amènerait à réfléchir », pense Bernard Lavallée.

L'avenir de l’alimentation reposerait aussi sur la consommation d’insectes. Or, pour que les insectes deviennent une source importante de protéines dans l’assiette des Québécois de demain, il faudra que leur prix diminue, car ces bestioles coûtent présentement plus cher que la viande.

Dans l’avenir, il faudra aussi normaliser la présence des insectes en cuisine. Ce travail devra être fait par des chefs comme Ricardo, par exemple.