•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Enfants à besoins spéciaux : l'évolution des approches au Québec

Lison Daoust, orthopédagogue
Lison Daoust, orthopédagogue
Publié le 20 septembre 2016

« On est très bien outillés maintenant pour identifier et évaluer les élèves handicapés ou en difficulté d'adaptation ou d'apprentissage (EHDAA) », souligne Lison Daoust pour expliquer la hausse du nombre d'enfants diagnostiqués. L'orthopédagogue fait un survol des réformes du dernier demi-siècle. Elle explique l'effet qu'elles ont eu sur la clientèle avec laquelle elle travaille.

En bref

1960 — Publication du rapport Parent : la commission Parent est la première à demander au gouvernement provincial de donner à tous les élèves la même chance. C’est à ce moment que les EHDAA commencent à avoir une place et des services spécialisés.

1964 — Création du ministère de l’Éducation.

1965 — Création des programmes universitaires en orthopédagogie.

1976 — Publication du rapport COPEX : Comité provincial sur l’enfance exceptionnelle et restructuration de la manière dont les services sont donnés aux enfants.

1978 — Implantation de la politique relative à l’organisation des services aux élèves handicapés et en difficulté, pour une intégration scolaire dans le cadre le plus normal possible. Cette politique bouscule tout le système scolaire public. On est à la recherche de psychologues, orthophonistes et orthopédagogues pour évaluer, classer et organiser les classes spéciales dans les écoles normales, et des services aux élèves et aux enseignants.

1996 — Recommandation du ministère de l’Éducation sur les programmes universitaires en orthopédagogie pour un baccalauréat de 4 ans.

Recommandé pour vous

Consultez notre Politique de confidentialité. (Nouvelle fenêtre)
Ces contenus pourraient vous intéresser