•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les éclaireurs, ICI Première.
Les éclaireurs, ICI Première.
Audio fil du mercredi 22 août 2018

Design avec Sylvain Allard : Marques et emballages des produits du cannabis

Légalisation du cannabis : une image de marque encore à définir

Publié le 23 août 2018
Du cannabis et un joint disposés sur une table.
La façon dont les produits du cannabis seront présentés sera certainement différente de l'image forgée dans l'imaginaire depuis une quarantaine d'années.PHOTO : iStock

« On ne sait pas trop comment tout ça va être présenté. [...] On ne connaît pas les codes : on est dans une zone qui est complètement à définir, parce que c'est un produit qui vient du marché noir », fait remarquer Sylvain Allard, professeur à l'École de design de l'Université du Québec à Montréal (UQAM), au sujet du cannabis. Sa légalisation, le 17 octobre, fait en sorte qu'on peut néanmoins s'attendre à des changements dans la culture visuelle du produit.

Selon Sylvain Allard, il serait étonnant que la Société québécoise du cannabis (SQC) cherche à s’inspirer de la culture graphique souterraine associée pendant longtemps à cette drogue. Bien au contraire, dit-il : la SQC voudra fort probablement prendre ses distances par rapport à cette image pour changer la perception du public à l’égard des produits du cannabis, et ainsi s’ouvrir à de nouvelles clientèles.

Si l’image du cannabis s’est jusqu’à maintenant résumée à la représentation d’une feuille verte sur fond noir ou blanc, il y a fort à parier qu’il en sera autrement sur les emballages des produits vendus dans la vingtaine de boutiques québécoises de la SQC.

Selon le professeur à l’École de design de l’UQAM, il faut s’attendre à une image de marque très épurée, avec des emballages axés spécifiquement sur l’information.

Et ceux qui espèrent voir l'image d'un joint sur les emballages proposés par la SQC seront probablement déçus. Il serait contradictoire, selon Sylvain Allard, de présenter le cannabis de cette façon alors que les autorités ont passé une quarantaine d’années à essayer de convaincre la population, à travers l’image du joint, qu’il ne faut pas fumer de cette drogue.